Brand

Astuces pour les bosseurs connectés pour une reprise du travail tout en douceur

La rentrée, c'est l'occasion parfaite pour mettre à plat sa méthode de travail avec un environnement numérique plus productif.

Étudiants, freelances, bosseurs connectés de tous horizons ! C'est la mort dans l'âme, la mine basse et les yeux humides que nous avons dû nous résoudre à quitter les plages de sable blanc ou ce petit coin pépère où l'on passait nos vacances. Il est l'heure de se remettre au travail, mais pas besoin de souffrir comme lorsque Jean-Michel-la-Méduse vous a piqué les fesses sur la plage de Palavas-Les-Flots. 

Pour éviter le blues de la rentrée et l'aigreur du télétravail en solitaire, la meilleure chose à faire est avant tout de planifier son temps, organiser son ordinateur de travail et ses moments de détente. Une vie pro aussi bien rangée que les draps de mamie, en somme. Premières choses à faire: on commence par évaluer ses objectifs à court et long terme, planifier et connecter son appli Google Agenda, puis mettre en place un suivi de l'avancement de ses projets.

Publicité

©Google

Pour ça, le bosseur connecté malin utilisera un ordinateur intelligent, rapide, et sécurisé. Chromebook,  l’ordinateur qui fonctionne avec l’OS développé par Google, offre pas mal d'avantages en ce sens. Il démarre en quelques secondes, ne lague pas et tiendra la longueur lorsque tous vos projets commenceront à prendre de la place. L'essentiel des données ne sont pas stockées localement mais sur le cloud – permettant notamment une consultation de Gmail et une utilisation de Drive en mode offline, ce qui fait clairement le boulot quand on se retrouve dans un bistrot avec un Wifi un peu claqué.

©Google

Publicité

Bon. Café en main, il est temps de parler productivité et créativité. La reprise des cours ou du travail, c'est souvent plein de petites choses à faire et à penser qui viennent grignoter notre cerveau. Le bosseur connecté devra éviter absolument le « multitasking » pour mieux gérer sa concentration. On évite de réaliser plusieurs tâches simultanément, tout comme on évite de mater les stories de Martine à la plage tout en travaillant. L'interface de l'OS développé par Google offre ainsi la fluidité nécessaire à un travail propre et organisé : le menu n'est pas sans rappeler le tiroir à applications d'Android, permettant de naviguer facilement d'une application à l'autre. Le Play Store, accessible depuis les ordinateurs Chromebooks, permet d'ailleurs de télécharger toutes les applications nécessaires pour aménager son temps et automatiser certaines tâches (via Keep ou Gmail par exemple), tandis que ses onglets, favoris et recherches récentes resteront accessibles sur l'ensemble de vos appareils Android grâce à la navigation synchronisée. Pratique, quand on souhaite éviter de perdre son temps et répéter des tâches fastidieuses en rentrant de vacances.

 

©Google

Publicité

En un mot, ce sont toutes les ressources du Google Play Store qui sont accessibles sur Chromebook. Un outil avec un confort d'utilisation optimal, un démarrage rapide et qui le reste dans le temps. Qu'on soit au café, à la gare ou à l'espace de co-working du coin, l'idée est d'avoir accès à tous nos utilitaires rapidement et efficacement. Sans se faire manger l'ordinateur par un logiciel malveillant. Sur Chromebook, pas besoin d'antivirus, de télécharger sans cesse de nouveaux drivers ou de lancer cette mise à jour interminable qui va vous faire patienter jusqu'à l'arrivée des marcheurs blancs. Pourquoi ? Parce que la machine intègre un antivirus natif, lance des mises à jour en arrière plan toutes les six semaines et exécute les logiciels selon un processus “bac à sable”. Concrètement, cela signifie que l'ordinateur isole immédiatement les logiciels malveillants et met en place plusieurs couches de sécurité pour protéger l’OS. Une plateforme safe, stable et sans gestion complexe des paramètres, surtout quand on bosse en déplacement. De quoi s'épargner quelques angoisses inutiles au moment de la reprise.

©Getty Images / andresr

Par Chromebook, publié le 26/08/2019

Copié