AccueilGaming

37 coaches de Counter-Strike ont été bannis pour triche

Publié le

par Pierre Bazin

© Valve

On vous avait dit qu'il ne fallait pas "backseat".

On ne plaisante pas avec la triche dans le jeu vidéo, et encore moins en e-sport. Dans le FPS Counter-Strike: Global Offensive (CS:GO), la triche est malheureusement monnaie courante, malgré les efforts de l’éditeur Valve pour lutter contre. Toutefois, la présence d’avantages illégaux dans les compétitions était, elle, plutôt assez rare.

L'Esports Integrity Commission (ESIC) a récemment prononcé une interdiction d’exercice de l’activité de "coach" pour pas moins de 37 entraîneurs virtuels. Les sanctions vont de quelques mois à trois ans. Cette décision fait suite à une longue enquête menée par l'ESIC sur l’exploitation d’un bug dont de nombreuses équipes de CS:GO ont profité toute cette année.

Le glitch consistait, en l'occurrence, à utiliser le mode spectateur pour observer tout ce qu’il se passait sur la carte et ainsi prévenir son équipe de la position des ennemis. Autant vous dire qu’il devenait difficile de surprendre une équipe adverse dans ces conditions.

L’enquête avait commencé en août dernier, mais la commission devait commencer par analyser pas loin de 100 000 extraits vidéo pour un beau total de 15 To de données. Pourtant, avec seulement 20 % des clips observés, l’ESIC a déjà pu prononcer ces interdictions de jouer et/ou coacher, preuve de la récurrence de cette méthode de triche ces derniers mois.

Le record de sanction est ainsi attribué au joueur pro russe Aleksandr "zoneR⁠" Bogatiryev, qui écope de trois ans d’interdiction pour avoir utilisé cette méthode 16 fois entre mars et mai 2020. Sur son site, l’ESIC déclare :

"Nous comprenons que ces révélations ont été difficiles pour de nombreuses personnes au sein de la communauté CS: GO, mais nous pensons qu’il est dans l’intérêt à long terme du jeu que les atteintes à l’intégrité soient traitées de front. Nous savons que la plupart des entraîneurs, joueurs, organisateurs de tournois, éditeurs, développeurs, fans, sponsors et diffuseurs veulent que CS:GO et l’e-sport soient une compétition équitable entre des joueurs et des équipes faisant de leur mieux pour gagner."

À voir aussi sur techno :