© BioWare / Electronic Arts

Anthem : un an après, le jeu veut ressusciter en "entamant sa refonte complète"

Les studios BioWare ne sont pas sortis indemnes de leur expérience avec Electronic Arts...

Il y a quasiment un an, sortait Anthem, un TPS-RPG coopératif au budget colossal. Derrière ce blockbuster vidéoludique ("triple A"), on retrouvait les studios BioWare, créateurs des mythiques Dragon Age, Mass Effect ou encore Star Wars: The Old Republic, sur un terrain inattendu. Derrière eux, Electronic Arts était bien décidé à créer le jeu multijoueur de la décennie qui allait renverser le genre et être un sérieux concurrent à Destiny 2.

On le redoutait déjà avant sa sortie, mais les ventes et le nombre de joueurs actifs décroissant au fil des semaines l’ont confirmé : Anthem était raté. Critiqué de tous les côtés, par la presse comme le public, le jeu n’arrivait pas à convaincre. Gameplay trop brouillon, scénario claqué au sol ou encore contenu disponible rachitique, ce ne sont pas les (superbes) sensations de vol en armure Javelin qui allaient corriger le tableau général.

Publicité

Une année difficile pour BioWare

Anthem n’a pas laissé les studio BioWare indemnes. Les développeurs ont bien essayé de proposer de petites mises à jour régulières pour améliorer "la stabilité, les performances et la qualité de jeu générale" du titre, mais ça n’a pas suffi. En août 2019, Ben Irving, producteur historique des studios, annonçait son départ. Quelques mois plus tard, c’était au tour de Chad Robertson, responsable des services online.

Publicité

Quelques semaines après le départ de Robertson, Kotaku publiait une large enquête qui compilait de nombreux témoignages d’employés de BioWare. Entre les conditions de travail intenses, les prises de position "marketing" de l’éditeur et les changements récurrents en plein processus de création, Anthem a été un casse-tête sans nom pour le studio.

Toujours selon les témoignages recueillis par Kotaku, le jeu devait originellement s’apparenter à une expérience entre Dark Souls et Shadow of the Colossus, mais au moment de tester une toute première version, l’un des producteurs d’EA n’aurait pas été satisfait – loin de là.

Publicité

"La cause profonde de tout cela était ce manque de vision. […] Ils [les éditeurs, ndlr] n’arrivaient jamais à se fixer sur une idée précise. Ils voulaient toujours quelque chose de plus, quelque chose de 'nouveau'."

L’ultime tentative du "phœnix"

Anthem arrivera-t-il à renaître de ses cendres ? C’est en tout cas la volonté du directeur général de BioWare, Casey Hudson, comme il l’explique dans un long billet de blog. Il promet "une refonte à plus long terme de l’expérience" pour offrir aux joueurs et joueuses "une réinvention bien plus substantielle qu’une simple mise à jour ou extension".

"Au cours des prochains mois, la société se concentrera sur des travaux plus 'fondamentaux', afin de faire ressortir le plein potentiel de l’expérience. […] Nous allons travailler sur des mécaniques très spécifiques pour réinventer les habitudes du gameplay de base en proposant des objectifs clairs, des défis motivants et une progression avec des récompenses significatives, le tout en préservant ce plaisir de voler et de se battre dans un vaste environnement de SF/fantasy."

Publicité

Hudson glisse également un mot sur ses développeurs. Il promet que des équipes seront précisément sélectionnées pour travailler sur une mécanique en particulier et ainsi éviter l’éparpillement.

Le scepticisme est évidemment de mise face à ces annonces. Ce revirement n’est pas sans rappeler les promesses de Bethesda, suite au flop monstrueux de Fallout 76 et aux (très) vives "critiques bien méritées" des fans de la franchise. Le pari ne semble pas avoir été tellement tenu de ce côté-là, puisque Bethesda a continué de proposer des idées complètement saugrenues comme "Fallout First" ou un mode Battle Royale.

À lire aussi : Il y a un an sortait Fallout 76, retour sur un fail monumental

À l’inverse, il existe tout de même de beaux revirements post-sortie dans l’histoire vidéoludique. Rainbow Six: Siege par exemple, édité par Ubisoft, avait connu de monstrueux problèmes au lancement et apparaissait déjà comme un "mort-né" à sa sortie en 2015. Le titre a depuis largement rebondi et a réussi à attirer plus de 55 millions de joueurs inscrits en presque 5 ans.

On souhaite le même happy ending à BioWare, quand même.

Par Pierre Bazin, publié le 12/02/2020

Pour vous :