Aux États-Unis, le jeu vidéo émet autant de dioxyde de carbone que 5 millions de voitures

Mauvaise nouvelle pour l'industrie du gaming.

Allier protection de l’environnement et gaming, ça commence à devenir compliqué. De nouveaux chiffres sont tombés, pas très favorables pour l’industrie du jeu vidéo : aux États-Unis, les émissions de dioxyde de carbone produites par an par les gamers sont équivalentes à 5 millions de voitures.

L’étude, disponible ici, a été publiée dans The Computer Games Journal. Rapportée par Digital Trends, elle explique que l’ensemble des joueurs américains consomment 34 terrawatts/heure d’énergie chaque année. L’augmentation des performances et de qualité graphique va de pair avec la dose d’énergie nécessaire pour les faire fonctionner.

Publicité

Aux États-Unis, le gaming représente 2,4 % de l’électricité domestique, soit dans les environs de 5 milliards de dollars de dépense, par année, en énergie.

Des performances limitées par… trop d’apport en énergie

Les analyses ont été faites sur 26 systèmes de jeu différents, qui varient selon le matériel, le prix ou encore la performance. L’étude pointe, sans surprise, que les jeux en réalité virtuelle et le cloud-gaming sont les plus gourmands en énergie.

L’étude permet de se rendre compte que la majorité des ordinateurs disposent d’un système d’approvisionnement en énergie largement démesuré par rapport à leurs besoins. Le tout réduisant l’efficacité de l’ordinateur, qui n’utilise qu’une infime partie de l’énergie dispensée.

Publicité

Elle affirme également que les logiciels et machines pourraient utiliser moitié moins d’énergie pour un temps de jeu similaire, si elles étaient pensées de manière plus respectueuse de l’environnement. On en parlait d’ailleurs plus spécifiquement avec Frédéric Bordage, le fondateur de Green IT.

Comment devenir un gamer écolo ?

Mais pourtant, ça ne doit pas rester une fatalité. Digital Trends, toujours, apporte dans son article quelques réponses à la question : comment devenir un gamer écolo ? Déjà, éviter le 4K, qui consomme monstrueusement en termes d’énergies. Car, si les consoles sont dans le collimateur, comme le mentionnait Frédéric Bordage dans l’article cité plus haut, le vrai problème vient plutôt du dispositif d’affichage.

Le manque de green dans l’industrie du jeu vidéo n’a jamais été un secret, et les rapports, de plus en plus nombreux sur la question, vont sûrement amener les producteurs à repenser leur mode de production.

Publicité

Par Victoria Beurnez, publié le 14/11/2019

Copié

Pour vous :