Billy Mitchell, recordman de Donkey Kong déchu, porte plainte pour retrouver ses titres

"He's a winner, he's absolutely a winner", disait son père...

Le monde du retrogaming est loin d’être un paradis d’entente entre passionnés bienveillants. Presque 30 ans après la fin de l’âge d’or des jeux d’arcade, certains acharnés s’évertuent encore à viser les tops des records mondiaux (meilleur temps ou highscore) sur leurs madeleines de Proust vidéoludiques.

Parmi ces compétiteurs, le plus connu de tous est probablement Billy Mitchell. Semblant tout droit sorti d’un film, ce personnage a souvent multiplié les propos polémiques et autres punchlines acérées sur le mérite individuel, encouragé par sa sacro-sainte Amérique. Mitchell, ce "winner" autoproclamé, est un personnage incroyable, souvent haï pour son arrogance mais ponctuellement respecté pour ses nombreux hauts faits et records sur bornes d’arcade.

Publicité

En 2007, le documentaire The King of Kong a consacré ce personnage haut en couleur. Cet excellent docu, aussi incroyable que réaliste, montre comment de nouveaux compétiteurs sont sortis de l’ombre pour faire tomber le record de Mitchell détenu sur Donkey Kong, le jeu d’arcade originel sorti en 1981 – première apparition de ce qu’allait devenir "Mario".

Lire aussi : La folle histoire de Billy Mitchell, ancien roi de Donkey Kong accusé de tricherie

Sauf que voilà, le palmarès de Billy Mitchell a souvent été remis en cause, ce dernier ayant été accusé de tricherie plusieurs fois par le passé. Il y a deux ans, le site Twin Galaxies l’a destitué de tous ses titres et effacé de tous ses tableaux de score. Cette institution du retrogaming est aussi la référence phare pour le livre Guiness des records. Pour résumer simplement l’affaire, Billy Mitchell aurait utilisé un émulateur plutôt que la version d’arcade originelle.

Publicité

Mais le vindicatif américain ne compte pas se laisser marcher dessus. Nos confrères d’Ars Technica ont en effet mis la main sur des documents relatifs à une plainte déposée par Billy Mitchell contre Twin Galaxies. Il estime que cette décision a été injustement "préordonnée" sans que le site n’écoute les témoignages de 25 témoins oculaires, apparemment présents pendant les prouesses du recordman déchu.

Le producteur et désormais propriétaire de Twin Galaxies Jace Hall soutient, dans une déclaration publique, que l’enquête effectuée par son site est irréprochable.

"Twin Galaxies affirme qu’il s’agit de l’enquête sur un highscore de jeu vidéo la plus documentée par des professionnels et la plus étudiée de tous les temps."

Publicité

En effet, Twin Galaxies n’aurait pas été capable d’utiliser les bornes d’arcade originelles pour reproduire les "images" soumises par Billy Mitchell. De plus, le site affirme que l’intéressé a maintes fois été sollicité dans l’enquête mais n’a pas souhaité collaborer à un seul moment à l’époque.

Par Pierre Bazin, publié le 05/05/2020