AccueilGaming

Ces vrais soldats qui ont inspiré les héros du prochain Call of Duty

Publié le

par Pierre Bazin

La célèbre franchise de FPS tente un retour musclé dans la Seconde Guerre mondiale.

Call of Duty : Vanguard, c’est le nom du prochain titre de l’ultra populaire franchise de FPS qui paraîtra le 5 novembre prochain sur PC et consoles – "old"-gen comprises. L’éditeur Activision-Blizzard, malgré ses récents déboires judiciaires, ne compte pas lâcher sa poule aux œufs d’or, à raison d’un Call of annuel garantissant des résultats financiers toujours plus gigantesques.

Cette année, l’épisode sera développé par Sledgehammer Games qui signe son retour depuis Call of Duty : WWII, sorti en 2017. Toutefois cette année, il semblerait que les principaux studios d’Activision aient été mis à contribution sur Call of Duty Vanguard. On retrouve ainsi une collaboration avec les habitués de Treyarch qui viennent ajouter leur célèbre mode "Zombies". Quant aux studios Raven ils s’occuperont du mode Battle Royale Warzone.

Les travaux de Sledgehammer Games se font en terrain allié. Call of Duty : Vanguard signe en effet le retour de la franchise sur le théâtre de la Seconde Guerre mondiale, à savoir la même thématique que le studio avait abordée pour son dernier épisode en date en 2017.

Retour sur la guerre des gens

Le trailer explosif de Vanguard ne laisse aucun doute : tous les fronts de la Seconde Guerre mondiale seront abordés. Des batailles nippo-américaines du Pacifique à la lutte sur le front de l’Est entre l’Armée Rouge et la Wehrmacht jusqu’aux différents affrontements menés par les forces Alliées en Afrique du Nord ou encore au Royaume-Uni.

Ce que nous montre le trailer, c’est qu’à l’exception de quelques passages d’aviation, les batailles massives ne seront pas particulièrement mises à l’honneur. À l’inverse, c’est bien l’embuscade, la débrouille et le désespoir de soldats acculés qui seront mis en avant. Les fusils avec quelques balles, les assassinats furtifs aux couteaux ou encore la tenue d’une position au fusil de sniper.

Loin des affrontements du Moyen-Orient "imaginés" pour Call of Duty : Modern Warfare qui prônaient une certaine idéalisation de la sacro-sainte US Army, Vanguard semble vouloir traiter plus en détail l’horreur de la guerre avec un grand H.

Ce grand H, on le retrouvera aussi dans l’historicité des personnages à incarner. Chaque front sera ainsi l’occasion de découvrir un soldat qui lutte contre les forces de l’Axe. À l’instar de Battlefield V (2018) et ses "War Stories", on aura ainsi un vaste éventail de la multiplicité de ce conflit sanglant à travers une narration très personnelle et subjective. Dommage en revanche que l’éditeur américain n’ait toujours pas envisagé la possibilité de vivre la guerre d’un point de vue japonais ou allemand – ce qu’avait fait Battlefield V avec "The Last Tiger".

Des personnages aux influences réelles

Quatre fronts pour quatre protagonistes, c’est la promesse de Call of Duty : Vanguard. D’autant que chacun de ces "héros" (selon ce que l’Histoire en a retenu) est inspiré, de près ou de loin, de réels soldats ayant servis durant la Seconde Guerre mondiale.

Arthur "King" Kingsley est un parachutiste anglais qui s’inspire assez largement de Sidney Connell, premier parachutiste anglais noir de la British Army. Parachuté en juin 44 en Normandie, il fit partie de l’opération "Deadstick", une dangereuse mission derrière les lignes ennemies allemandes pour préparer le Débarquement à venir.

Côté soviétique on retrouvera Polina Petrova, inspirée de la célèbre sniper Lyudmila Pavlichenko. Volontaire pour défendre son pays contre l’opération Barbarossa de la Wehrmacht, elle devint une des 2 000 femmes tireuses d’élite de l’Armée Rouge. On lui attribue ainsi plus de 300 éliminations, le faisant détenir le sinistre "record" historique pour une sniper.

Dans le conflit du Pacifique, Vanguard nous laissera incarner Wade Jackson. Ici c’est l’histoire de l’aviateur américain Vernon “Mike” Micheel qui nous sera plus ou moins contée. Ce dernier est en effet devenu un héros de guerre pour avoir coulé deux porte-avions durant la sanglante bataille aéronavale de Midway. Ce conflit qui occupa les premiers jours de juin 1942 marque un tournant décisif après le désastre Pearl Harbor.

Enfin, Lucas Riggs s’inspire de Charles Upham, soldat néo-zélandais ayant servi en Afrique du Nord et doublement récompensé de la célèbre Croix de Victoria.

Espérons que ce prochain Call of Duty saura traiter au mieux, avec le moins d’idéologie possible, les différents conflits qui ont fait la Seconde Guerre mondiale. En tout cas, le choix de se concentrer sur des personnages "historiques", bien que traités sous forme d’inspirations (permettant donc certaines libertés), pourrait paradoxalement offrir un certain rafraîchissement au scénario.


Que pensez-vous des choix opérés pour Vanguard ? Écrivez-nous à hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :