AccueilGaming

Dégoûté de la triche, Vikkstar annonce qu’il ne jouera plus à Call of Duty: Warzone

Publié le

par Pierre Bazin

Le youtubeur a poussé un coup de gueule sur les réseaux.

La popularité a un prix. La triche sur Call of Duty: Warzone est aujourd’hui une véritable plaie pour les joueurs et joueuses. Le battle royale free-to-play est en proie, depuis sa sortie il y a plus d’un an, à des vagues incessantes de cheaters qui réitèrent leurs méfaits à chaque partie, ruinant l’expérience de tout un serveur.

Pour l’éditeur Activision, c’est un véritable supplice de Sisyphe qui a lieu et ce malgré les nombreuses fonctionnalités anti-triche que ses équipes mettent en place depuis les débuts du jeu.

Des influenceurs quittent le navire

Cette exaspération de la triche a fini par atteindre les plus grands joueurs et, parmi eux, Vikram Singh Barn aka Vikkstar, comme le rapporte la BBC. Du haut de ses sept millions d’abonnés sur YouTube, le joueur anglais a déclaré que Call of Duty: Warzone était "dans le pire état depuis son lancement".

"Cela doit être corrigé, sinon ce sera vraiment la mort du jeu", lance l’influenceur gaming. Dans sa vidéo, il montre également une séquence de gameplay dans laquelle il rencontre un cheater qui diffusait lui-même ses actions sur Facebook, une "blague absolue" selon Vik.

Le découragement du youtubeur est d’autant plus prégnant que les cheats semblent être présents, selon lui, dans chaque "lobby" du jeu. Il estime qu’il n’y a "plus de fierté" à jouer à Call of Duty: Warzone, y compris dans les tournois.

Nicholas "Nickmercs" Kolcheff, un autre grand joueur américain de Call of Duty appartenant au FaZe Clan – une équipe professionnelle d’e-sport –, a également déclaré sur Twitter qu’il était, en l’état actuel des choses, impossible d’organiser un "authentique tournoi" sur Warzone.

Activision répond aux critiques

Il y a un an déjà, Activision exprimait sa tolérance zéro envers les tricheurs. En avril 2020, l’éditeur déclarait à l’époque avoir déjà banni 70 000 comptes pour triche. Le problème étant que Call of Duty: Warzone est un jeu gratuit et que les tricheurs ne sont donc que peu pénalisés lorsqu’ils voient leurs comptes disparaître.

Aujourd’hui, dans un nouveau billet sur le blog officiel, l’éditeur a tenu à répondre à ces nouvelles critiques. Il assure avoir déployé d’énormes moyens pour lutter contre la triche et avoir déjà banni plus de 300 000 comptes depuis le lancement du jeu il y a un an.

Outre l’amélioration des technologies anti-triche déjà présentes, les développeurs cherchent aussi à faire tomber les "sources", c’est-à-dire ceux qui fournissent des logiciels de cheat.


Vous avez déjà arrêté un jeu vidéo à cause de la triche ? Votre avis nous intéresse, écrivez-nous à hellokonbinitechno@konbini.com.

À voir aussi sur techno :