AccueilGaming

Des documents classifiés de l’armée française ont fuité dans un jeu vidéo

Publié le

par Pierre Bazin

Tout ça pour avoir raison dans un débat…

War Thunder est un énorme jeu free-to-play sur mobile, console et PC, qui vous permet de conduire différents véhicules militaires sur terre, dans l’air ou la mer, afin de combattre de nombreux adversaires. L’un des gros points forts du titre de Gaijin Entertainment est la variété d’engins disponibles : plus de 1 800 types issus de neuf armées nationales différentes.

Sauf qu’avec une telle exhaustivité de véhicules militaires, le jeu attire évidemment des fans inconditionnels de grosses cylindrées blindées. Le problème, c’est que certains poussent leur passion un peu loin, en dépit de la confidentialité des documents militaires.

C’est en tout cas ce que nous apprend le UK Defence Journal. Tout est parti des forums de War Thunder, sur lesquels un joueur se disputait avec un autre sur la bonne conception du célèbre char d’assaut français Leclerc. L’un d’eux estimait que le jeu n’en faisait pas une parfaite représentation, et a donc publié une partie du manuel du blindé français, expliquant au passage qu’il était membre d’équipage d’un Leclerc série 2 dans l’armée de terre française.

La modération (issue du développeur Gaijin) a rapidement supprimé ces documents, se justifiant ainsi :

"Les gars, ce n’est pas drôle de divulguer des documents classifiés d’équipements actuels, vous mettez en jeu la vie de nombreuses personnes qui continuent de travailler quotidiennement avec ces véhicules ! Gardez à l’esprit que ces documents seront supprimés immédiatement et que des sanctions seront appliquées. Merci d’avoir lu !"

Il y a quelques mois, une histoire similaire était survenue sur ces mêmes forums de War Thunder, mais au sujet d’un blindé britannique. Dans les deux cas, le studio a précisé que ces "suggestions" de joueurs concernés ne seraient absolument pas prises en compte dans une possible refonte du design des véhicules concernés.


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com.

À voir aussi sur techno :