AccueilGaming

En attendant sa sortie, on a discuté avec les créateurs de Paper Mario: The Origami King

Publié le

par Victoria Beurnez

Kensuke Tanabe et Masahiko Nagaya ont répondu à nos questions sur le jeu.

Paper Mario: The Origami King sort demain, le 17 juillet ! À l’occasion de ce nouvel épisode de la franchise, nous avons pu discuter avec Kensuke Tanabe, le producteur du jeu et Masahiko Nagaya, le directeur d’Intelligent Systems. En attendant notre test du jeu qui paraîtra la semaine prochaine, on en apprend un peu plus sur cet opus.

Konbini techno : Qu’est-ce qui vous a poussé à revenir vers la franchise Paper Mario ?

Kensuke Tanabe : La série des Paper Mario occupe une place importante, puisqu’elle collabore avec Intelligent Systems. En tant que producteur de la série, je suis déterminé à la poursuivre aussi longtemps que possible. Pour cet épisode en particulier, nous avons commencé à travailler, dès que nous en avons eu fini avec Paper Mario: Color Splash.

Comment fait-on pour renouveler un jeu culte qui n’est plus si jeune ?

K. T. : Je pense que l’un des challenges de cette continuité est de trouver de nouveaux fans, tout en comblant les attentes des fans de la première heure.

Pour attirer de nouveaux fans, le jeu doit ressembler à un titre complètement nouveau plutôt qu’à une simple suite de la série. Je pense que pour faire cela, il est nécessaire de changer le design et le système de jeu. Même si cela est dur à accepter pour de nombreux joueurs, une série qui ne se renouvelle pas court à sa perte. C’est inévitable.

Cependant, le thème du papier ne changera jamais. S’il venait à changer, alors je pense que les Paper Mario n’auraient simplement plus de raison d’être.

Au vu des images, nous allons pouvoir découvrir un royaume bien plus grand dans ce jeu. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce nouvel univers et ses inspirations ?

Masahiko Nagaya : L’un des objectifs que nous voulions atteindre dans cet épisode était de complètement transformer l’aspect du jeu. En réfléchissant à ce que nous pouvions faire pour donner aux personnages et à l’environnement une impression de nouveauté, nous nous sommes donné une phrase clé : "Un monde de papier qui paraît vaste".

Par exemple, nous avons pensé que si les joueurs avaient la capacité de marcher avec certains repères, comme le château, qui semble vraiment loin, cela donnerait une impression de grandeur et d’exploration.

Dans les précédents épisodes de la série, les passages entre chaque niveau se faisaient au moyen de la carte du monde, mais nous avons estimé qu’il fallait des aventures entre ces différents niveaux aussi. En se basant sur cette idée, nous avons rempli ce monde ouvert avec une quantité infinie d’événements, d’ennemis et de terrains à découvrir.

Dans quelle mesure le motion gaming va-t-il avoir un impact sur notre expérience de jeu ?

M. N. : Dans The Origami King, Mario dispose d’un pouvoir qui s’appelle le 1000-Fold Arms ("bras multi-plié", en français), qui lui permet d’étendre ses bras comme des accordéons. Nous avons implanté le motion gaming comme schéma, lorsque ce pouvoir est utilisé.

À travers une combinaison de motion control, grâce au gyroscope et à l’accéléromètre, mais aussi grâce aux capacités de la Switch, les joueurs peuvent quasiment sentir la texture du papier que Mario touche. On dirait presque que les mains de Mario sont les vôtres ! En termes d’expérience de jeu, je pense que cela apportera une grande immersion au sein de l’univers.

Pourrons-nous interagir davantage avec notre environnement ?

K. T. : Dans les jeux d’aventures, faire interagir les joueurs avec leur environnement est indispensable. The Origami King permet cela dans des mesures sans précédent par rapport aux anciens Paper Mario.

Par exemple, il faudra secourir des Toad qui ont été changés en origamis et cachés dans le monde ou encore, réparer des fissures et des trous dans les éléments de décor. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, nous avons disséminé d’autres choses dans le jeu.

Pouvez-vous nous parler du système de combat de ce nouvel épisode ? Comment l’avez-vous enrichi ?

K. T. : Nous avons commencé à réfléchir aux systèmes de combat, que nous appelons les combats à 360°, après s’être posé la question suivante : que feraient les joueurs s’ils étaient encerclés par l’ennemi ?

L’idée de pouvoir mettre les ennemis en rang avait pour principe de permettre aux joueurs de pouvoir tous les combattre d’un seul coup et en se basant là-dessus, nous sommes parvenus à un système rotatif. Nous avons d’abord créé ce système rotatif, puis nous lui avons ajouté une mécanique de slide pour que cela soit plus prenant.

Nous avons aussi fait en sorte que les attaques sautées ou les attaques au marteau aient différentes gammes de portée, en créant un nouveau genre de commandes pour le système de combat au tour à tour.

Si le joueur résout les puzzles en alignant les ennemis correctement, il est possible de progresser dans le jeu sans prendre un seul dégât, à l’exception des boss, bien sûr.

Mario pourra-t-il compter sur de nouveaux alliés pendant son périple ?

K. T. : Dans cet épisode, je voulais que les joueurs aient une expérience qui puisse être similaire à celle du road movie. Nous avons donc préparé différents éléments pour différents mondes et des amis pour les vivre ensemble. La structure que nous avons mise en place devrait créer des souvenirs chez le joueur, qui rencontrera des amis au fur et à mesure de son aventure. La relation entre Mario, Olivia et Bobby est vraiment un élément clé du jeu et nous voulions l’offrir aux joueurs.

Pouvez-vous nous parler d’Olivia, la nouvelle alliée de Mario ?

K. T. : Notre modèle pour Olivia est une actrice japonaise. Je ne l’ai pas rencontrée personnellement, mais l’un de nos objectifs pour The Origami King était de créer un personnage secondaire qui reflète l’authenticité dont elle fait preuve lorsqu’elle passe à la télévision.

Grâce aux dialogues écrits par notre directeur, M. Taro Kudo et l’amour transmis aux personnages par nos animateurs, je pense que nous avons pu créer à Mario une alliée qui est franche, positive, charmante, mais aussi un petit peu insouciante !

Y aura-t-il un niveau sous-marin ou de nouveaux types d’environnement ?

K. T. : Le problème avec les personnages de Paper Mario, c’est qu’ils sont faits de papier ! Ils sont donc vulnérables dans l’eau, mais aussi à proximité du feu. Malgré cela, les joueurs pourront tout de même naviguer sur un bateau autour d’un archipel.

Nous avons aussi préparé une section qui se passera à bord d’un sous-marin. Grâce au travail acharné de nos artistes, on peut vraiment savourer les graphismes de cette scène sous-marine faite de papier. J’espère que vous l’apprécierez !

Paper Mario: The Origami King sera disponible dès demain, le 17 juillet, sur Nintendo Switch.


Allez-vous vous procurer ce jeu ? Vous l’attendiez avec impatience ? Donnez-nous votre avis sur hellokonbinitechno@konbini.com !

À voir aussi sur techno :