AccueilGaming

Harcèlement chez Activision Blizzard : les trois constructeurs de consoles montent au créneau

Publié le

par Nina Iseni

Nintendo, Sony et Xbox auraient exprimé leurs inquiétudes en interne. Des réactions jugées insuffisantes pour certains.

Après la série de licenciements et les nombreux départs d’employé·e·s, un nouveau chapitre s’ouvre dans l’affaire de harcèlement chez Activision Blizzard. Les trois plus grands fabricants de consoles de jeux vidéo, Nintendo, Sony et Xbox, ont exprimé leur inquiétude en interne quant aux accusions portées contre l’éditeur. 

La dernière réaction en date provient de Nintendo. Selon des informations révélées par Fanbyte, Doug Bowser, le président de Nintendo of America, aurait envoyé un mail à ses employé·e·s en soulignant le caractère "affligeant et troublant" de l’affaire Activision. "Ces rapports vont à l’encontre de mes valeurs et de celles de Nintendo", a-t-il ajouté.  

Avant Nintendo, deux autres grands fabricants avaient également réagi en interne. Dans un message obtenu par la rédaction de Bloomberg la semaine dernière, Jim Ryan, CEO de Sony Interactive Entertainment (PlayStation), aurait informé ses employé·e·s avoir contacté Activision Blizzard afin de partager leur "profonde préoccupation" concernant les accusations de sexisme. 

À l’instar de Nintendo et de PlayStation, Phil Spencer, le patron de Xbox aurait également annoncé à ses employés qu’il était en train "d’évaluer tous les aspects de nos relations avec Activision Blizzard". "Ce genre de comportement n’a pas sa place au sein de notre industrie", aurait-il ajouté. En réponse à ces messages, Activision Blizzard n’a pas tardé à répondre via un communiqué.

"Nous respectons les retours de nos précieux partenaires et nous continuons à échanger avec eux. Nous avons détaillé les changements importants que nous avons mis en œuvre ces dernières semaines, et nous continuerons de le faire. Nous nous engageons à faire en sorte que notre environnement de travail soit sûr, diversifié et inclusif. Nous savons que cela prendra du temps, mais nous ne nous arrêterons pas tant que nous n’aurons pas le meilleur environnement de travail pour notre équipe."

Malgré ces communications internes, beaucoup estiment que ces réactions sont insuffisantes. Pour l’instant, aucune action concrète n’a été prise par les fabricants de consoles contre Activision Blizzard et en particulier des sanctions dites "commerciales". Ainsi, comme le souligne la rédaction de ARS Technica : "Il est difficile d’imaginer que ces immenses compagnies refusent de vendre le prochain Call of Duty sur leurs consoles."


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com.

À voir aussi sur techno :