AccueilGaming

"Je vais pleurer" : en Chine, Fortnite est désormais de l’histoire ancienne

Publié le

par Konbini Techno

Le célèbre jeu en ligne est désormais complètement inaccessible dans le pays.

Game over : le jeu phénomène Fortnite, qui réunit en ligne des millions d’adeptes à travers le monde, n’est plus accessible en Chine depuis aujourd’hui, comme convenu par l’échéance fixée par son éditeur américain.

Epic Games avait annoncé au début du mois qu’il allait stopper sa version de Fortnite en Chine, sur fond de durcissement réglementaire visant le secteur du numérique. Celui des jeux vidéo, qui représentent dans le pays une importante manne financière mais sont décriés par le gouvernement chinois pour leur dimension addictive chez les plus jeunes, a été particulièrement visé.

En août, les autorités ont imposé une limite drastique de trois heures de jeu en ligne par semaine aux moins de 18 ans, affirmant que certains pouvaient passer des journées collés à leur écran. Fortnite disposait depuis 2018 d’une version test spécifique en Chine, où les contenus violents, obscènes ou sensibles politiquement étaient strictement encadrés.

Depuis le début du mois, le jeu n’acceptait plus de nouveaux joueurs en Chine, avait indiqué l’éditeur Epic Games, qui compte parmi ses actionnaires le géant chinois de l’Internet Tencent, également en charge de l’introduction du battle royale dans le pays. La version officielle de l’éditeur consiste à dire que cette période de trois ans où Fortnite était accessible au public chinois n’aurait été qu’une "phase de test", comme une immense bêta ouverte.

Sonnés par la fin de Fortnite dans leur pays, les joueurs chinois peinent lundi à cacher leur émotion. "Je ne comprends pas pourquoi ça s’est arrêté si vite", a indiqué à l’AFP une joueuse du nom de Ding. "Je vais pleurer", réagissait un autre adepte, un certain Zheng, 24 ans, expliquant à l’AFP avoir joué à Fortnite pendant plus de deux ans à l’université.

Fortnite est le troisième grand nom du monde de la tech à quitter la Chine en l’espace d’un mois. Le portail Yahoo, ex-pépite de l’Internet dans les années 2000, a annoncé au début du mois qu’il cessait lui aussi ses activités en Chine, en raison d’un "environnement commercial et juridique de plus en plus difficile".

Citant un "environnement difficile", le réseau social professionnel LinkedIn de Microsoft avait, lui aussi, annoncé en octobre son retrait prochain du pays. Le géant de l’informatique a longtemps été l’une des rares entreprises américaines à réussir à imposer en Chine un réseau social en dépit de la censure. En 2014, Microsoft avait également été la première firme étrangère à réinvestir l’immense marché chinois des jeux vidéo avec sa console Xbox One.

En l’an 2000, Pékin avait suspendu la vente de toutes les consoles en raison de leurs présumés effets négatifs sur "la santé mentale" des jeunes utilisateurs. Celles-ci restaient facilement disponibles, mais de façon illégale.

Konbini techno avec AFP


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com.

À voir aussi sur techno :