Sad time

La Chine interdit désormais aux mineurs de jouer plus de 90 minutes par jour

Leurs microtransactions seront aussi drastiquement limitées.

Sans mauvais jeu de mots, la nouvelle loi que vient de faire passer la Chine est un game changer considérable : les moins de 18 ans n’auront plus le droit de jouer plus de 90 minutes par jour, nous apprend Abacus. Pour couronner la mesure, les heures ouvrables seront comprises entre 8h et 22h. En dehors de ces horaires, point de gaming. La contrainte sera assouplie pendant les vacances, où la durée de jeu quotidienne autorisée grimpera à 3 heures.

Jamais deux mesures sans trois. Le couperet chinois limitera aussi les microtransactions (qui permettent d’acheter des avantages ou décorations en tout genre). Les moins de huit ans n’auront plus le droit d’acheter quoi que ce soit. Les 8-16 ans ne pourront raquer guère plus que 200 yuans (environ 26 euros ) par mois. Quant à leurs aînés, les 16-18 ans, le montant des dépenses sera plafonné à 400 yuans (environ 52 euros).

Publicité

Pour mettre en place ces mesures restrictives (qui ne s’appliquent qu’aux jeux nécessitant une connexion Internet), le bon sens implique une mesure incontournable : empêcher l’anonymat. Et comme c’est très facile de gruger en piquant, par exemple, les identifiants de ses amis ou d’autres membres du foyer, la Chine n’écarte pas la possibilité de faire appel à la reconnaissance faciale, technologie dont on sait le pays friand, où l’on peut d’ores et déjà payer avec un scan de sa bouille pour ses achats IRL.

Selon Abacus toujours, qui s’appuie sur les chiffres fournis par Sinolink, un cabinet d’analyse, les mineurs représentent 20 % des revenus du gaming en Chine.

Notamment pour se préparer à ce tournant, l’éditeur de jeu Tencent n’avait pas attendu que sonne le glas législatif pour prendre des premières mesures coercitives. En novembre dernier, la durée de jeu sur le très populaire Honor of Kings avait été limitée de 1 à 2 heures par jour selon l’âge des joueurs.

Publicité

Cette mesure, sans précédent dans notre galaxie, pourrait, who knows, faire des émules. Lorsque l’on sait l’amour indéfectible que porte Donald Trump aux jeux vidéo, on se dit qu’un phénomène de capillarité pourrait traverser l’océan Pacifique.

Par Pierre Schneidermann, publié le 07/11/2019

Copié

Pour vous :