Le grand n'importe quoi des réseaux sociaux : Valorant, les gamers vendraient leurs mères

Décider d'ouvrir la distribution de clés bêta n'était peut-être pas la meilleure idée....

On y est : Riot Games a enfin une raison de porter un nom avec "jeux" au pluriel. Pendant très longtemps, le développeur et éditeur de League of Legends souffrait de la récurrente blague qu’il n’avait que ce jeu, mais c’est désormais du passé. Annoncé il y a déjà plusieurs mois, Valorant est un jeu de tir à la première personne qui se joue à 5 contre 5, sorte d’hybride entre Counter Strike et Overwatch.

En bref : le jeu s’annonce déjà comme un grand hit multijoueur pour cet été. Sauf que voilà, avant cela, Riot a décidé de créer une longue session de bêta fermée pour tester un peu son jeu auprès du public.. Qui dit bêta fermée dit places limitées et, de ce fait, les prioritaires ont évidemment été les nouveaux influenceurs du gaming, j’appelle ici les streamers.

Publicité

Pour les gens du "grand public", ils doivent… regarder ces streamers jouer à Valorant. Durant ces sessions, des clés d’accès sont régulièrement balancées au hasard parmi les viewers (on parle de "drop actif"). Ensuite, c’est la chance qui décide des heureux élus.

La cerise sur le gâteau, c’est que tout le monde en parle sur les réseaux sociaux, beaucoup étant arrivés à la limite de leur patience pour obtenir cette fameuse clé d’accès. On pense même que certaines personnes tiennent mieux le confinement que cette attente d’accès à la bêta.

Publicité

Aujourd’hui, on vous partage les petites perles des réseaux sociaux entre les patients, ceux qui ne le sont plus, les désespérés et autres déprimés de ne pas avoir encore cette fameuse clé…

Certains ont vraiment la poisse…

Publicité

Publicité

D’autres ne lâchent rien et ont décidé de mettre toutes les chances de leur côté, à base de (très) nombreux visionnages de streams en simultané.

En tout cas, le grand gagnant de ce fourbi est évidemment Riot Games, qui s’assure de très belles audiences sur Twitch grâce à ce merveilleux système.

Par Pierre Bazin, publié le 14/04/2020