© Blizzard

Maladie et virus dans le jeu vidéo : une histoire d'amour contagieuse

En ces temps de coronavirus, mettez-vous à l'abri derrière votre PC ou console.

Dans les univers vidéoludiques post-apocalyptiques ou les simulations, pandémies et autres virus pullulent. Tandis que le coronavirus affole la planète, retour sur ces nombreux titres vidéoludiques qui ont surfé sur nos peurs de la contagion.

Zombies, rats et autres trucs dégueus

Menace invisible mais terriblement anxiogène, le virus est un ressort courant des jeux d’aventure de type survival. Une des principales références est évidemment The Last of Us, sorti en 2013 et écoulé à 17 millions d’exemplaires. L’histoire de Joel et Ellie se déroule après une pandémie provoquée par un champignon qui a ravagé la terre entière. La suite extrêmement attendue sortira le 29 mai 2020.

Publicité

Plus mystérieux, plus fantastique, c’est le chemin que prend l’épidémie au centre de A Plague Tale développé par les Français de Asobo en 2019. L’action se déroule en 1348 dans un pays envahi par les rats et la peste noire. Une histoire touchante très inspirée artistiquement.

Romain Vincent, chercheur associé à la Bibliothèque nationale de France, insiste sur cette représentation grandiloquente de la peste :

Publicité

"On exagère la peste pour la rendre plus impressionnante […] Le jeu vidéo est un médium où on a besoin de voir les choses, où l’on tord la réalité. Si c’est trop réaliste, on risque de s’ennuyer".

Quand VOUS êtes le virus

À chaque nouvelle pandémie (Ebola, coronavirus…), les téléchargements de Plague Inc., jeu mobile lancé en 2012, explosent. Au point de provoquer des pannes de serveurs. L’objectif ? Créer de nouveaux types d’épidémie en infectant un "patient zéro" avec un virus, qu’on va ensuite répandre le plus possible pour détruire la planète. 

À lire aussi -> Avec le coronavirus, le jeu Plague Inc. se hisse en tête des ventes mondiales

Publicité

Victime de son succès, l’éditeur britannique Ndemic Creations a rappelé, sur Twitter, que le jeu n’est pas "un modèle scientifique", malgré le souci de réalisme et même si les utilisateurs essaient, par ce biais, "d’en savoir plus sur la diffusion des maladies et de comprendre la complexité des épidémies virales". Face à une situation "réelle qui touche de nombreuses personnes", Ndemic renvoie les joueurs sur le site de l’OMS pour des informations sur le coronavirus.

Le virus qui échappe à son créateur (en bien ou en mal)

C’est une histoire entrée dans les annales du jeu vidéo : l’épidémie du sang corrompu (ou vicié) dans World of Warcraft (Wow), le célèbre MMORPG de Blizzard. En 2005, les développeurs avaient introduit une malédiction, circonscrite à un donjon et qui pouvait être transmise uniquement par le maître des lieux. 

Publicité

Si la guérison des joueurs contaminés avait été envisagée, il n’en était pas de même pour la transmission à leurs animaux domestiques… qui ont, contre toute attente, contaminé d’autres joueurs, en premier lieu les plus faibles. La maladie s’est rapidement répandue, décimant des villes entières de Wow.

Pour enrayer l’épidémie, l’éditeur du fameux jeu en ligne a mis en place des quarantaines. Et a fini par endiguer la propagation au bout de plusieurs jours. 

https://cdn.i-scmp.com/sites/default/files/styles/1320w/public/d8/images/2020/01/22/pasted_image_0_17.png?itok=36jmfrlR

La ville d’Orgrimmar décimée. © Blizzard

Certains virus du jeu vidéo sont parfois bien plus sympas. C’est le cas du "Pokérus", un virus intégré dans la troisième génération de Pokémon Rubis & Saphir. Pour qu’un de vos compagnons l’attrape, il faut qu’il combatte un Pokémon déjà contaminé. Sachant que vous avez une chance sur 21 845 de rencontrer un "contaminé" dans la nature, le Poké-virus se mérite !

Contrairement à ce qu’on pourrait penser quand on entend le mot "virus", le Pokérus est un super avantage ! Sans rentrer dans les détails, il permet à vos Pokémon de progresser bien plus rapidement sur ses statistiques. Ainsi les joueurs dits "stratégiques" (ceux qui font du combat TRÈS sérieusement) sont sans cesse à la recherche du Pokérus pour pouvoir contaminer toute son équipe et ainsi optimiser au mieux ses Pokémon. Vous avez dit inoculation ?

Konbini Techno avec AFP

Par konbinitechno, publié le 07/02/2020

Pour vous :