AccueilGaming

Microsoft souhaite avoir les jeux Bethesda "en premier, en mieux ou en meilleur"

Publié le

par Pierre Bazin

L'exclusivité Xbox n'est pas à l'ordre du jour.

Avec l’achat de ZeniMax Media pour 7,5 milliards de dollars, Microsoft est devenu la nouvelle société mère de Bethesda – mais aussi d'id Software et Arkane Studios pour ne citer qu’eux. Véritable coup de poker dans l’industrie vidéoludique, cette récente acquisition par le constructeur de la Xbox fait planer de nombreuses interrogations quant à l’avenir des jeux de Bethesda. Les consommateurs redoutent notamment que les titres à venir des studios (comme un certain The Elder Scrolls VI) ne soient pas sur PlayStation, la console concurrente.

Tim Stuart, chef financier de Xbox, a tenu à apporter de nombreuses précisions sur leur stratégie à venir lors de la conférence virtuelle Jefferies Interactive Entertainment. Premièrement, il réaffirme qu’ils ne retireront aucun contenu Bethesda déjà sorti sur une plateforme de Nintendo ou Sony. En ce qui concerne les titres à venir, il élude quelque peu en excluant tout de même l’exclusivité totale.

"[Microsoft] voudrait que ce contenu soit, à long terme, soit le premier, soit mieux, soit le meilleur […]"

Pour résumer, Microsoft évoquerait une possibilité d’exclusivité temporaire  (le "premier") et/ou des versions plus optimisées, voire optimales sur Xbox Series X/S. Tim Stuart poursuit ses explications en insistant sur leur offre Game Pass, devenue le fer de lance de leur stratégie commerciale.

"Nous voulons diriger notre base d’abonnés Game Pass vers ce tunnel Bethesda."

Quelques semaines après le rachat de Zenimax, au micro de Kotaku, Phil Spencer, le patron de Xbox, semblait exprimer la même stratégie. Il assurait qu’il n’empêcherait aucun joueur d’une autre plateforme de jouer à des jeux Bethesda.

Microsoft et Xbox ont pleinement confiance dans leur offre "multiplateformes" qui unit désormais PC (Windows), mobile (xCloud) et console (Xbox) sous l’étendard de leur sacro-saint Game Pass. Aussi cette guerre des consoles, dont les tambours résonnent déjà, ne sera pas forcément l’affrontement entre deux machines mais bien entre deux offres et deux manières de jouer.

À voir aussi sur techno :