Netflix va adapter Dragon's Lair et ça chauffe bien Ryan Reynolds

Un dessin animé interactif transformé en un film en live action... interactif aussi ?

Qu’il s’agisse d’Assassin’s Creed, de Tomb Raider, de Warcraft ou du récent Sonic, le cinéma ne cesse de puiser son inspiration dans les jeux vidéo, pour le meilleur (rarement) et (surtout) pour le pire. De son côté, Netflix n’hésite pas non plus à surfer sur cette tendance : on a pensé à la série Castlevania, récemment renouvelée pour une saison 4, ou à The Witcher, et on ne peut nier que c'est la série vidéoludique qui a popularisé les romans d'Andrzej Sapkowski.

Comme l’a révélé The Hollywood Reporter, Netflix aurait cette fois acquis les droits d’adaptation du cultissime jeu vidéo Dragon’s Lair. En 2016, Don Bluth et son fidèle collaborateur Gary Goldman avaient déjà tenté de créer un crowdfunding pour que le jeu vidéo prenne vie sur grand écran, sans succès.

Publicité

Netflix débarque en grand sauveur et s’associe avec Ryan Reynolds, pressenti pour être acteur et producteur de ce nouveau projet. À l’instar de Détective Pikachu, dans lequel Reynolds incarnait aussi le rôle principal, le film sera réalisé en prises de vues réelles (live action). Côté scénario, on retrouvera Dan et Kevin Hageman, connus pour The Lego Movie ou encore Scary Stories to Tell in the Dark.

Un film interactif ?

Sorti originellement en 1983 sur borne d’arcade, Dragon’s Lair est devenu un jeu culte… à cause de sa difficulté, pour commencer. En France, les plus jeunes auront notamment appris l’existence de cette franchise grâce au Joueur du Grenier qui lui avait consacré une vidéo en 2012.

Publicité

Dans la peau du chevalier Dirk, vous partez libérer la princesse Daphne, retenue prisonnière par un dragon géant. Le titre se rapprochait plus d’un "dessin animé interactif" puisque le joueur assiste à une succession de scènes vidéo dans lesquelles le chevalier progresse à travers de nombreux pièges du repaire. Les graphismes avaient, par ailleurs, été désignés par Don Bluth, célèbre dessinateur derrière le film d’animation Anastasia.

Dragon’s Lair est souvent cité comme le premier jeu à intégrer des "Quick Time Events" (QTE), c'est-à-dire des phases de gameplay à la frontière entre la cinématique et le jeu qui demandent d’appuyer sur une certaine série de touches pour effectuer une action contextuelle.

Aussi peut-on s’interroger sur la pertinence d’adapter un cartoon interactif en un film live action, à moins que derrière ce nouveau projet on se permette d’entrevoir la possibilité que Netflix souhaite réitérer l’expérience du "film interactif" comme on l’avait vu avec Black Mirror: Bandersnatch.

Publicité

Article coécrit par Pierre Bazin et Lucille Bion

Par Konbini Techno, publié le 30/03/2020