AccueilGaming

Nintendo, le monde a besoin d’un nouveau Mario Football

Publié le

par Jérémie Léger

© Nintendo

Voilà presque quinze ans que Mario et sa clique n’ont pas chaussé leurs crampons dans un jeu de foot.

Quand on parle des licences abandonnées de Nintendo, on pense spontanément à F-Zero et Golden Sun. J’avoue que ça manque, mais si je vous dis que parmi ces jeux oubliés, il y a aussi Mario ? Plus précisément le spin-off Mario Football. Le foot a beau être le sport le plus populaire du monde, ce n’est pas la discipline préférée du Royaume Champignon.

Toujours les premiers à faire les fous au volant de leur kart ou à se pavaner sur des terrains de tennis et de golf, quand on demande à Mario et ses potes de shooter dans un ballon, il n’y a plus personne. C’est arrivé seulement deux fois : en 2005 sur GameCube avec Mario Smash Football, et en 2007 sur Wii, avec le dernier épisode en date, Mario Strikers Charged Football.

Mario Strikers Charged Football : un jeu kiffant et à contre-courant

Si Nintendo, c’est souvent lisse, Mario Strikers, ça pique. Ça brûle même, simplement parce que le logo du jeu et le ballon sont en feu. Soyez prévenus, aussi incroyable que ça puisse paraître, quand Mario joue au foot, c’est violent, ultra-bourrin, irrévérencieux et bien loin de la mignonnerie gentillette que propose habituellement Nintendo.

Rien que la cinématique d’intro de cet épisode Wii annonce la couleur : une musique épique, une ambiance sombre, des éclairs, des explosions et les regards déterminés de tous nos personnages préférés prêts à en découdre… D’entrée de jeu, on savait que ça allait cogner et que les matches seraient sans pitié.

Souvenez-vous, le foot façon Mario, c’est un joyeux bordel. Le ballon est en acier, il n’y a pas de touches ni de corners, mais des barrières électrifiées. Rien n’est réglementé et, surtout, tous les coups sont permis car il n’y a pas d’arbitre. Jeu offensif, défensif ou collectif, il y en avait pour tous les goûts et tous les styles. On choisit son équipe, un capitaine et trois équipiers parmi les personnages phares de l’univers Mario, et c’est parti !

Les entrées aériennes intimidantes des capitaines sur le terrain, les ralentis immensément classes avant un tir, les méga-frappes surpuissantes et leurs cinématiques ultra-stylées, les célébrations délirantes des capitaines et des équipiers après un but, le ressenti des impacts… En fait, quand on y repense, tout était jouissif dans ce jeu.

Cerise sur le gâteau, Mario Strikers est historiquement le premier jeu en ligne de la Wii. Même si les serveurs sont fermés aujourd’hui, on se régale toujours autant en multi-local avec des potes. Avec cette vague de nostalgie, avouez qu’on vous a donné envie de ressortir le jeu. Si c’est le cas, c’est cool, mais ce qu’on veut, c’est que Nintendo nous entende et sorte enfin un troisième jeu estampillé Mario Football.

Un nouveau Mario Football sur Switch ?

Bon, Nintendo, Mario Tennis, Mario Golf et Mario et Sonic aux Jeux olympiques, c’est bien beau, mais il est temps de répondre à cette question : à quand un nouveau Mario Football ?

Que la Wii U n’y ait pas eu droit à cause de ses faibles ventes, on peut le comprendre, mais la Switch ? Elle cartonne, et c’est définitivement la plateforme idéale pour un troisième épisode. Et puis merde, même sans ça, quinze ans sans fouler la pelouse avec Mario et ses potes, c’est long.

En gardant ce qui faisait le sel des opus précédents, la formule peut largement être sublimée et poussée encore plus loin. En ajoutant des joueurs sur le terrain par exemple, de nouveaux modes de jeux plus variés, de nouveaux objets et personnages, des stades encore plus originaux, un véritable mode carrière, des mécaniques de gameplay innovantes, une personnalisation des équipes plus poussée, un jeu en ligne plus développé, des tournois… Les possibilités sont infinies, à vous de jouer.

Par tous les dieux des jeux vidéo et du ballon rond, Nintendo, fais-nous rêver et donne-nous envie de chanter dans les stades du Royaume Champignon, "shut up and take my money".


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :