AccueilGaming

Soldes Steam : la sélection aux petits oignons bien croustillants de la rédaction

Publié le

par Benjamin Bruel

Neuf pépites, plus ou moins connues, qu'il faut absolument découvrir en profitant des soldes sur Steam. Prêts ?

It’s show time, bitches. Comme chaque année, les soldes Steam débarquent à point nommé, histoire de vous faire cramer toute la menue monnaie économisée depuis l’été dernier. Mais trêve de rimes inopinées.

La rédaction de Konbini techno a concocté une sélection de dix jeux qui, on l’espère, pourront vous faire passer de longues heures de plaisir sans rage quit. Dans cette liste, pas de grands classiques du jeu vidéo – vous trouverez sans mal un Civilization VI à 14 euros ou un Portal à 1,60 euro sur Steam tout seul –, mais une sélection maison, agrémentée de pépites plus ou moins connues, de titres indépendants sur lesquels il faut absolument poser les yeux et de jeux en accès anticipé.

Voici une sélection de neuf jeux bien croustillants à moins de 20 euros – hormis un certain C-RPG qui nous a vraiment régalés durant le confinement.

Pyre (5,03 euros) : le ménestrel, l’enfer, le Quidditch et l’émotion

Pyre est une pépite quasi indescriptible, à cheval entre l’aventure narrative, le jeu de sport et de combat et le RPG. Un ovni. De ces jeux "dont il reste assurément quelque chose après l’écran final", écrivait très justement le site Gamekult à sa sortie.

Développé par les génies chelous de Supergiant Games (Bastion, Transistor), sorti en 2017, Pyre vous embarque dans une quête mystique pour sortir des "bas-fonds" avec votre équipe de bras cassés. Pour cela, il faudra affronter d’autres équipes lors de "rituels" aux allures de matches de basket ou de Quidditch. Allez-y les yeux fermés, tant pour la bande originale et l’émotion que le gameplay.

Gibbous : A Cthulhu Adventure (11,99 euros) : le chat de Lovecraft part en Roumanie

Un point-and-click comme on les aime. Bien barré, coloré (et un peu sombre aussi), avec des dessins peints à la main et des énigmes qui piquent un peu (mais pas trop).

Développé par Stuck in Attic et sorti en 2019, Gibbous : A CthulhuAdventure vous plonge dans la peau d’un mec un peu banal, lui-même embarqué dans une aventure lovecraftienne entre la Roumanie et Paris, avec un chat qui parle et une secte de méchants très méchants. C’est vraiment chouette, pour les amateurs du genre ou les néophytes.

The Banner Saga (4,99 euros) : les gros gros Vikings ont les crocs crocs

Doit-on encore présenter The Banner Saga ? Peut-être, peut-être. Bon, c’est une saga Viking, vous l’aurez compris. Ensuite, c’est un jeu de rôle tactique, né sur Kickstarter en 2014 et qui se décline en trois épisodes et se déroule dans un univers médiéval-fantastique.

Mais surtout, ce jeu développé par Stoic, c’est une patte graphique incroyable, une ambiance de fin du monde et un voyage désespéré vers les confins de ce monde nordique où deux grands peuples (les Varl et les humains) s’allient pour survivre. Il y a beaucoup de rebondissements, et le système de combat, stratégique et au tour par tour, devrait occuper de longues nuits de plaisir.

Tooth and Tail (1,99 euro) : un RTS nerveux avec des sangliers et des taupes

Développé par le studio Pocketwatch Games et sorti en 2017, Tooth and Tail n’est pas exempt de défauts. Mais à ce prix, le jeu propose une expérience de stratégie en temps réel vraiment différente de la concurrence. Pourquoi ? Sa nervosité et la rapidité de ses parties.

Le jeu oppose plusieurs factions animales qui doivent se dominer l’une et l’autre. Pas le temps de mettre quinze ans à construire des fermes ici : il faudra aller vite pour écraser les hiboux avec, par exemple, vos sangliers à lance-flammes. Les maps sont générées aléatoirement, ce qui donne un côté hasardeux à vos chances de victoire.

Griftlands (10,99 euros) : Klei fait des miracles avec des cartes

Vous avez aimé Slay the Spire ? Découvrez Griftlands, en accès anticipé sur Steam. Le studio Klei Entertainment (Don’t Starve) transforme en or vidéoludique à peu près tout ce qu’il touche, et c’est pareil pour Griftlands.

Avec ses gros sabots, Griftlands reprend cette structure de rogue-lite dans lequel on évolue grâce à un deck de cartes. On descend peu à peu, victoire après victoire, dans les tréfonds de l’univers. Mais Klei y ajoute sa patte, et pas des moindres : un deuxième deck entièrement dédié à la négociation avec les personnages rencontrés au fil de l’aventure (donnant des allures de RPG au jeu) et une narration aux petits oignons. Le résultat, encore en bêta, est déjà bluffant et le contenu hallucinant.

Disco Elysium (29,99 euros) : notre coup de cœur alcoolisé du confinement

Notre deuxième pépite du confinement, après Pyre. Disco Elysium est un C-RPG (jeu de rôle vu du dessus, à l’occidentale) sorti en octobre 2019 et développé par le studio ZA/UM.

Un flic amnésique et alcoolique, dans un monde post-apocalyptique sublime et dérangeant à la fois, se dépatouille pour résoudre une affaire de meurtre et ses cas de conscience. Qu’est-ce que ça a de si spécial ? Tout le reste.

Tout le gameplay se déroule par le dialogue et les lancers de dés dans Disco Elysium. Jamais les caractéristiques choisies pour un personnage n’auront eu autant d’impact sur le développement de l’histoire, qui se révèle dense, profonde, envoûtante. La qualité de l’écriture est tout simplement époustouflante et porte le jeu sur une grosse trentaine d’heures sans aucun problème. Attention, toutefois : il faudra absolument avoir un très bon niveau d’anglais.

We. The Revolution (7,99 euros) : comme une envie de buter les ennemis de la République

We. The Revolution, sorti en mars 2019, propose d’incarner un juge du tribunal révolutionnaire durant la grande période de la Terreur. Fiction historique, We. The Revolution propose d’effectuer des choix qui influeront sur l’Histoire, mais aussi sur votre propre cas – évitez d’être décapité à son tour, c’est plutôt chouette.

Il faudra jongler entre ses ennemis, ses amis et de nombreuses intrigues politiques pour survivre à la Révolution française.

Hades (16,99 euros) : manier les armes de l’Olympe pour se barrer sec des enfers

Encore un jeu de Supergiant Games, désolé ! Mais ils sont si bon. Hades, en phase d’accès anticipé, prend le meilleur de Bastion et Pyre pour proposer un rogue-like/hack'n'slash nerveux, à l’univers barré et à la difficulté bien pimentée.

Dans Hades, vous incarnez le prince des Enfers qui veut échapper aux griffes de son père pour retrouver sa mère. Grâce au concours des dieux de l’Olympe, qui vous prêteront pouvoirs et armes, tentez encore et encore de vous évader en découvrant de nouveaux secrets à chaque run.

Cloudpunk (14,99 euros) : salut, c’est le Deliveroo volant du futur

En attendant Cyberpunk, essayez Cloudpunk, le jeu indé que personne n’attendait. Développé par Ion Lands et sorti en avril dernier, Cloudpunk vous met dans la peau de Rania, une jeune femme embauchée par une obscure société de livraison. Il faudra se plier à deux règles : livrer les colis aux destinataires et ne pas poser de question sur leur contenu.

Cloudpunk nous embarque dans un univers cyberpunk (non ?) léché, avec une ambiance futuriste à souhait. La patte esthétique, entre pixels et 3D, est aussi très réussie. Idem côté narration, avec des PNJ qui ont tous quelque chose à raconter.

À voir aussi sur techno :