Capture écran/YouTube

Témoignages : pourquoi World of Warcraft est une fabuleuse appli de dating

Nous avons discuté avec celles qui ont trouvé l'amour sur les terres numériques d'Azeroth. C'est beau, l'amour au premier kill.

Meetic, Tinder, Bumble, OKCupid et même Gleeden ou Ashley Madison pour les plus aventuriers : les applis de rencontre pullulent sur Internet comme les cicatrices sur la gueule de Geralt de Riv. Mais oubliez un peu les bios chiantes, les photos de profil avec la bouche en cul-de-poule et les sourires forcés. Il y a mieux.

Publicité

Depuis 2004, l'application de rencontre ultime nécessite une bonne connexion Internet, un abonnement à 12,99 euros par mois et un PC qui tient la route : c'est World of Warcraft, le jeu en ligne massivement multijoueur de Blizzard. Déjà, en 2011, le très sérieux New York Times racontait dans un long article ces amourettes qui se nouent, s'approfondissent et parfois, se meurent sur les terres sauvages d'Azeroth.

Est-ce toujours le cas ? On a posé la question à quelques membres de l'Alliance et de la Horde sur le groupe Facebook "World of Warcraft France", créé en 2011 et qui compte plus de 34 000 membres. "Moi, ça m'a coûté un divorce…", rétorque placidement un membre en commentaire. Désolé, camarade orc, guerrier triste spécialiste dans la prise des dégâts sentimentaux.

Publicité

L'amour avec une petite elfe rousse qui fait la danse du ventre

Blague à part, les réponses fusent, immensément positives et, joie, venues de femmes. Avec des histoires de bambins, de mariage, de déménagement loin de chez soi pour vivre l'amour fou IRL.

"Lui, il jouait une elfe mage à la tenue dénudée, comme un paquet de persos dans WoW. Du coup la première fois que je l'ai vu, c'était une fille à moitié nue", nous raconte par téléphone Typhaine, 27 ans, tout en se marrant. "Ça m'amuse beaucoup, il m'arrive encore de l'appeler ma petite elfe rousse danseuse du ventre."

Typhaine, au milieu, et son compagnon, à gauche.

Publicité

Ils jouent d'abord avec leur guilde commune, puis passent de plus en plus de temps à discuter, à se promener un peu partout dans Azeroth ensemble.

Un soir de Saint-Valentin (un peu comme aujourd'hui, n'est-ce pas ?), il propose à sa belle de l'emmener sur une île un brin particulière. Coucher de soleil, petit pique-nique numérique, il lui fait les yeux doux et les deux tourtereaux tombent amoureux. Depuis, Typhaine et son elfe rousse spécialiste des danses du ventre se sont pacsés dans la vraie vie et un bébé est en projet. GG, le soleil.

C'est un peu le même son de cloche chez Céline, qui, en 2011, décide de s'aventurer sur un serveur PVP pour la première fois sur l'extension Cataclysm. Elle rencontre alors le guild master et les voilà tous deux qui commencent à flirter. "Au début de notre relation, on vivait à 350 kilomètres de distance et notre premier Nouvel An ensemble, on l'a passé sur le jeu. Le 31 décembre au soir, dans les capitales du jeu il y a des feux d'artifice. On a passé le réveillon à les regarder en amoureux", explique la jeune femme de 31 ans.

Publicité

Céline et son amoureux, IRL.

"J'avais besoin de lui, il avait besoin de moi, on s'aimait parce qu'on s'était rencontrés avec le cœur."

Parmi les joueurs et joueuses avec qui nous avons pu discuter, on retrouve toujours cette idée : le monde de World of Warcraft est bel et bien virtuel, mais c'est celui qui est à l’origine de complicités bien réelles. On y chill, on s'y promène, on y passe du temps avec son crush. Les joueurs s'approprient Azeroth et font de ce monde celui de leurs premiers souvenirs de couple. Au lieu de la sortie au bar, au restaurant, au cinéma, on explore cet univers à deux, tant pour réaliser des quêtes diverses que simplement pour passer du temps ensemble.

"Dans la vie de tous les jours, on était tous les deux si seuls et si malheureux. Dans le jeu, ensemble, c'était réconfortant et amusant", nous raconte Marine*, qui a rencontré son mari sur WoW en 2007, par échange de SMS et de messages vocaux.

"On allait faire du role play à la Taverne de Cabestan avec les autres membres du serveur. On aimait bien se cacher sous l'eau, aussi, à la Baie-du-Butin. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais c'est là qu'on a le plus ouvert notre cœur. C'est étrange, comme ces souvenirs sont encore en moi, alors que c'était dans un jeu. Les paysages sont ancrés en moi, c'est comme si j'y étais."

La fameuse Baie-du-Butin.

Un jour, une fille de leur guilde commune critique le crush de Marine. Celle qui joue à l'époque une orque chasseuse dans la Horde (ça déconne pas) s'énerve, s'enflamme. Il comprend alors qu'elle ressent quelque chose pour lui qui va au-delà de l'affection.

"Il m'ouvre alors son cœur, m'expliquant que rien ne le rend heureux dans la vraie vie, qu'il se sent comme dans un puits sans fond. J'ai alors utilisé la fonction emote pour écrire 'pseudo vous tend la main' et il a répondu 'pseudo prend votre main'", continue-t-elle, "Les gens peuvent rire, mais pour nous c'était comme une façon de sceller un contrat. J'avais besoin de lui, il avait besoin de moi, on s'aimait parce qu'on s'était rencontrés avec le cœur. Dans un jeu, les écrits semblent plus profonds et sincères."

Un jour, Marine a fait ses valises, quitté une vie qui ne lui convenait pas et elle est partie le rejoindre en Belgique. Plus de 10 ans plus tard, ils ont deux enfants, une fille et un garçon, et ont dû calmer les raids ensemble sur WoW le temps qu'ils grandissent. Maintenant, lui joue paladin tank et elle, druide soigneur. Combo parfait. "Je me demande ce que pensent les autres de ce genre d'interactions, de ces moments que nous, nous chérissons dans un jeu vidéo. Mais pour nous, c'était simplement des moments vrais", conclut-elle.

(© Flickr) Jour de mariage dans WoW !

Des moments vrais. C'est ça que le jeu vidéo procure. Si vous êtes joueurs, vous avez forcément ce sentiment de temps à autre : cette petite nostalgie de moments forts passés dans un jeu, il y a bien longtemps, avec des amis IRL ou numérique. Ces tranches de marrade, ces dramas, cette excitation de se lancer dans un game un brin compliqué, mais qu'il faudra bien mener à terme avec des copains, des amours.

"World of Warcraft, c'est un peu une bulle sociale […], c'est difficile aujourd'hui de parler de but en blanc dans la rue. Alors que globalement, quand on arrive sur WoW, pour peu qu'on rencontre des gens qui jouent depuis un petit moment, on arrive toujours à avoir des sujets de conversation", explique Élodie au téléphone. Avec son compagnon Xavier, ensemble depuis 3 ans, ils se sont également rencontrés dans la même guilde, alors que lui débutait et qu'elle était déjà vétérante.

C'est tout cet ensemble de choses qui donne à World of Warcraft sa richesse dans les relations humaines. Grâce aux guildes et aux quêtes, on fait des rencontres, on échange, on s'entraide. Grâce à cet univers étendu, en évolution, on apprend à se connaître, à se découvrir. Avec un avatar au lieu d'une photo de profil, un raid au lieu d’un swipe vers la droite ou la gauche, on entre dans une profondeur autrement plus réelle, concrète, que sur n'importe quel site de rencontre. C'est un jeu vidéo, mais ça n'a rien d'artificiel. C'est ainsi que des liens forts se créent, naturellement.

(© DeviantArt)

*Le prénom a été changé à la demande de l'intéressée.

Par Benjamin Bruel, publié le 13/02/2020

Pour vous :