© Nintendo

Test : le nouvel Animal Crossing est le salut de notre confinement

Cet épisode "New Horizons" sur Switch ne pouvait pas tomber à une meilleure période.

Lorsque j’ai reçu Animal Crossing: New Horizons il y a de ça plusieurs semaines maintenant, j’étais aussi excité qu’un Tom Nook devant un sac de clochettes. Mes ami·e·s et pairs étaient extrêmement jaloux de mes prérogatives de journaliste gaming. Après avoir vu les fans hystériques d’impatience sur Twitter, j’ai compris qu’Animal Crossing était amené à devenir une pierre angulaire du quotidien de certain·e·s.

Animal Crossing rassemble toutes les générations, tous les genres, mais aussi tous les profils : du "casu" qui achètera uniquement ce jeu au "hardcore gamer", qui souhaite se détendre entre une partie de FPS compétitif et un raid de MMORPG.

Publicité

Je fais partie de ces derniers. Perdre 50 heures sur une partie de Civilization que je ne finirai même pas ? Classic me. Hurler, parce que j’ai choisi une difficulté trop élevée sur Doom ? Toujours moi. Être un joueur invétéré d’Animal Crossing depuis le premier épisode sur GameCube au point de connaître par cœur le prix de chaque poisson ? C’est bien moi.

À lire aussi : Les communautés d’Animal Crossing et Doom s’unissent et c’est fabuleux

Il y a 3 semaines, je n’aurais pu imaginer le quart de ce qui nous attendait. Nous voilà confinés et je peux désormais affirmer qu’Animal Crossing: New Horizons va sauver de nombreuses personnes de l’ennui total. Oubliez le coronavirus : on part sur une île.

Vous avez demandé de la mignonnerie ?

Animal Crossing, c’est la quintessence de la bienveillance. La positivité sans aucune arrière-pensée. À l’exception de quelques guêpes, tout ce qui est présent sur l’île souhaite votre bonheur – même M. Resetti dorénavant. Tous ces animaux anthropomorphisés que vous rencontrez seront une douce perle d’amitié dans votre morne quotidien.

Publicité

Il ne faut jamais espérer une révolution technique de la part de Nintendo et les fans sont tolérants. Côté graphismes donc, pas de quoi fouetter un chat donc (d’autant plus que ça pourrait être un habitant), mais le rendu cartoon est parfaitement net sur la Switch. Mêmes portées sur une grande télé : les textures, quoique peu diversifiées, ne bavent pas. Big up à l’eau et au ciel qui sont d’une qualité visuelle absolument parfaite, surtout la nuit !

(© Nintendo) Vous allez retrouver TOUT LE MONDE.

Évidemment, les personnages iconiques de la franchise, tels que Tom Nook, Méli et Mélo, Marie ou encore Gulliver (et bien d’autres encore) reviennent pour notre plus grand bonheur. Certains sont toujours aussi fidèles à eux-mêmes (spoiler : Tom Nook aime toujours autant la thune), d’autres ont bien changé depuis ! Le yaourt caractéristique de leurs dialogues ne manquera pas de raviver de chaleureux souvenirs chez les fans les plus aguerri·e·s.

Publicité

Plus personnalisable et moins de répétitions

Ayant joué à TOUS les Animal Crossing (sauf sur mobile), ce titre devrait donc être à la hauteur de mes attentes de renouveau. Le principe reste évidemment sensiblement le même, à la différence que tout doit être créé de vos propres mains. Vous débarquez sur une île vierge, dont la vie est rythmée par les vrais horaires, les vraies saisons du monde réel, hémisphère nord ou sud au choix – cela signifie évidemment que vous pouvez tricher et modifier les dates de votre Switch…

MàJ 19/09/2020 : Depuis la sortie aujourd'hui du patch Day One 1.1.0, Nintendo a annoncé que les évènements saisonniers (comme ceux de Pâques à venir) ne pourront pas être vécus en modifiant à la date souhaitée.

La vraie innovation de ce New Horizons réside dans le pouvoir de contrôler absolument tout : intérieur, extérieur, meubles, outils, tout est personnalisable. L’atelier de bricolage vous permet désormais de fabriquer de nombreux objets et d’en modifier la palette de couleurs. Couplez ça aux classiques motifs personnalisables et les possibilités sont infinies ! De manière générale, les nouvelles fonctionnalités ne sont pas si impressionnantes, mais ce sont de petites améliorations çà et là qui renouvellent cette expérience Animal Crossing.

Publicité

Dans la catégorie "surprise bienvenue" la collecte de ressources est une réussite. Rien de bien compliqué, mais cela ajoute à votre quotidien des tâches supplémentaires, comme couper du bois, "casser" des cailloux ou encore récolter du bambou. Libre à vous ensuite de les vendre ou de les réutiliser dans la fabrication de meubles, par exemple.

(© Nintendo) Le système de Miles + vous fournira des défis infinis (quoique répétitifs) pour vous motiver chaque jour.

Ce qu’on retiendra de cet épisode, c’est la sensation de progression, qui a été grandement améliorée. En partant d’une île vierge, le sentiment d’être à l’origine de tout est particulièrement grisant. Vous décidez de la manière dont sera organisée votre île : où vont les bâtiments publics, les futurs habitants, les ponts ou encore les rampes. Mieux encore : vous débloquerez plus ou moins rapidement la possibilité de terraformer votre île, c’est-à-dire de dévier ou d’assécher les rivières ou encore de modifier la topographie générale.

(© Nintendo) C’est vous qui gérez tout, le boss de l’île.

Enfin, l’une des principales activités qui vous sera proposée est l’expédition sur des îles désertes. Bien qu’elles ne soient pas si variées (c’est aléatoire), elles vous permettent de changer d’air et de découvrir un autre climat, de nouveaux poissons ou encore un nouveau fruit. Ces escapades sont d’ailleurs un souffle d’air frais qui permet de sortir un peu d’une certaine monotonie… En même temps, c’est toujours mieux que votre vie réelle, enfermé·e·s chez vous, pas vrai ?

Pour info, nous n’avons pas pu tester les fonctionnalités en ligne, mais il va sans dire que partager l’expérience avec vos ami·e·s permettra de rallonger largement la durée de vie du titre.

Résultat : B+

Animal Crossing: New Horizons n’a rien de révolutionnaire, mais fait bien plus que le café. Certes, il y a toujours une certaine répétition inhérente au concept, mais Nintendo a su diversifier l’expérience. Ce qu’on retiendra, c’est l’ambiance et la liberté de personnalisation désormais possible. De toute façon, en ces temps de confinement, vous allez adorer vous balader sur une île idyllique, entouré·e·s d’habitant·e·s tous plus gentil·le·s les un·e·s que les autres.

Ce qu’on a aimé :

  • La possibilité de modifier intégralement son île ;
  • L’ambiance, toujours aussi mignonne et bienveillante ;
  • Moins de répétitions grâce à un système de progression bien plus efficace.

Ce qu’on n’a pas aimé :

  • Un manque de clarté sur certains objectifs ;
  • Des fonctionnalités aux processus beaucoup trop longs (le bricolage, notamment) ;
  • Les blagues sur les poissons et insectes sont clairement en deçà des épisodes précédents.

 

Par Pierre Bazin, publié le 18/03/2020