AccueilGaming

Twitch : une streameuse bannie pour avoir écrit des noms de donateurs "sur ses seins"

Publié le

par Konbini Techno

Les nouvelles politiques de modération signent-elles l’affirmation d’une pudeur complète ?

Twitch ne compte pas s’attendrir sur sa politique de modération, bien au contraire. En 2020, la plateforme de streaming d’Amazon a opéré de nombreux changements visant à renforcer la surveillance des contenus présents en live et des sanctions à prendre en cas d’infraction.

Outre le récent débat sur les nouveaux droits à payer pour l’utilisation de musique copyrightée, l’autre sujet épineux est celui de la nudité. Elle est interdite sur l’ensemble des contenus présents sur Twitch, et c’est surtout sa définition même qui pose problème. Où commence et où s’arrête la nudité ? L’érotisme en fait-il partie ? Un téton d’homme est-il aussi sanctionnable qu’un téton de femme ? Parle-t-on uniquement de personnes réelles ou également de leurs représentations artistiques ?

Parfois ce sont des jeux au contenu "mature" (Cyberpunk 2077 pour ne citer que lui) ou même de simples dessins (Skribbl.io, Garctic Phone, etc.) qui sèment la zizanie. Mais lorsqu’il s’agit directement des streamers, et surtout des streameuses, ce n’est pas la même limonade.

Des bannissements injustifiés ?

Streameuse depuis maintenant trois ans, la chanteuse et modèle IndieFoxx était déjà une habituée de Twitch. Le 28 janvier dernier, la jeune femme s’est pris un ban de trois jours après avoir streamé dans son jacuzzi en maillot de bain. La raison ? Certains de ses viewers auraient cru apercevoir ses parties intimes, ce qui constitue un motif sévère de bannissement sur Twitch.

La streameuse a fourni des explications sur Twitter, indiquant que la confusion venait de la couleur chair de l’intérieur de son maillot de bain.

Quelques jours plus tard, alors qu’elle veut relancer à nouveau un live, elle prend un "retour de ban" le 1er février 2021. D’une durée inconnue, ce ban serait survenu après que la streameuse a "écrit sur ses seins" le nom de ses top donateurs – les personnes ayant le plus contribué financièrement à sa chaîne Twitch. Dans les faits, la streameuse n’a pas réellement montré sa poitrine mais a écrit au-dessus de ces derniers. 

Cette fois, IndieFoxx ne cache pas sa colère et le dit sur Twitter :

"C’est ridicule. Je n’écrivais pas de noms sur mes seins pour les meilleurs donateurs ! Je n’ai jamais dit que j’écrirai le nom de quelqu’un sur ma poitrine pour les donations !
🤔 Pour le coup, j’ai vu tellement de filles écrire une trentaine de noms réellement sur leurs seins. Là j’écris 2 noms sur ma clavicule pour ressembler à des tatouages. Les gens sont tendus !"

Outre le caractère "d’injustice" que la streameuse entend dénoncer, l’affaire soulève encore une fois l’épineuse question de la sexualité (ou de sa suggestion) qui serait utilisée de manière racoleuse par d’autres sur Twitch. Le phénomène des "e-girls", décrié pendant de nombreuses années, reste encore très présent dans les esprits des gens.

Modèle de profession, IndieFoxx ne nie d’ailleurs pas le caractère affriolant de ses streams. Pour preuve, elle a décidé de continuer (pour combien de temps, on ne sait pas) son aventure de streaming sur la plateforme OnlyFans.

Des politiques sur le contenu "sexuel" en constante évolution

La politique de modération de Twitch reste assez opaque sur certains points, particulièrement en ce qui concerne la nudité et le contenu "sexuel" – ou ce qui ne l’est pas justement. Les règles sont très denses et remplies d’exceptions, de conditions supplémentaires, de mentions restrictives et autres termes portant à confusion.

Rappelons aussi que la distinction entre des "mamelons" de femmes et d’hommes fait débat, sur Twitch comme ailleurs.

<em>Extrait des "lignes de conduite de la communauté"</em> © Twitch

Il y a un an, Twitch avait d’ailleurs assoupli sa politique de modération pour intégrer de nouvelles "exceptions contextuelles". Cette décision avait notamment fait suite au bannissement, décrié comme injustifié, d’une artiste adepte de bodypainting. Ces exceptions prennent également en compte désormais les femmes allaitant leurs enfants en live.

Si on reprend l’exemple du stream d'IndieFoxx dans son jacuzzi, Twitch considère le port d’un maillot de bain comme une de ces "exceptions contextuelle". Néanmoins, la plateforme rappelle que ce dernier doit rester "opaque, même une fois mouillé" et les interdit s’ils sont "fins ou partiellement transparents". Dans les faits, cela ne rentre donc pas exactement dans ce qui a été reproché à IndieFoxx.

Pour son second ban, en revanche, l’affaire est plus complexe. Selon les règles de Twitch, un stream peut être considéré comme "sexuellement suggestif" si "le contenu ou la caméra sont principalement axés sur les seins, les fesses ou la région pelvienne, et les poses qui attirent délibérément l’attention sur ces parties". De ce côté-là, en effet, il y a matière à débat même si, dans les faits, la streameuse n’a pas dévoilé son intimité à proprement parler.


Trouvez-vous le ban de cette streameuse injustifiée ? Écrivez-nous à hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :