Valorant sera "censuré" pour les prochains tournois d'e-sport

Pour s'assurer d'une large audience et du soutien des sponsors.

Valorant sera-t-il le pendant FPS de League of Legends en termes de popularité ? Difficile d’anticiper sur le long terme le succès du nouveau jeu de Riot Games car l’éditeur a fait péter les budgets pour le promouvoir. À grands coups d’influenceurs et de drops de clés au grand public, le titre bat des records d’audience sur Twitch rien qu’avec sa bêta fermée.

Riot se projette loin dans le futur et compte faire valoir son expérience acquise avec LoL. Mais pour se placer favorablement sur la scène déjà très occupée de l’e-sport, il faut savoir faire des concessions.

Publicité

Dans un récent article sur le blog officiel du jeu, le directeur de l’e-sport chez Riot a détaillé une longue liste de directives que les organisateurs devront suivre à l’avenir pour organiser des compétitions Valorant.

Une des principales restrictions porte notamment sur l’obligation de désactiver… le sang dans les combats.

En effet, même si Valorant jouit de graphismes assez cartoonesques, de personnages fantastiques hauts en couleurs, cela reste un jeu où il faut tirer avec des armes à feu sur d’autres joueurs. Mais à cause du sang et rien que lui, Valorant est estampillé "PEGI 16", alors que Fortnite, qui ne contient pas de sang, est classé "PEGI 12".

Publicité

Contacté par nos confrères de Kotaku, ce même direteur, Whalen "Magus" Rozelle, a précisé les implications d’une telle classification :

"Nous voulons que notre e-sport soit aussi accessible que possible, et cela signifie également qu’il doit aussi brasser aussi large que possible […]. En enlevant le sang, nous permettons à davantage de sponsors et de distributeurs de rejoindre notre écosystème, créant en fin de compte plus d’accessibilité et de stabilité pour tout le monde."

Cette mesure s’étendra à toutes les organisations qui souhaitent être rattachées au jeu, y compris les "petits tournois", ceux qui, pour Riot, ont moins de 10 000 dollars de cashprize.

Publicité

Cela s’accompagne aussi de mesures visant à modérer les propos dans le chat (vocal ou textuel) et éviter les comportements agressifs ou toute autre preuve de non fair-play.

Par Pierre Bazin, publié le 17/04/2020