AccueilSociété

À 12 ans, il se fait un petit pactole en vendant ses œuvres en NFT

Publié le

par Nina Iseni

© OpenSea/Weird Whales

Une bonne raison d’apprendre à coder.

Un jeune Londonien du nom de Benyamin Ahmed vient de gagner 290 000 livres sterling, soit l’équivalent d’environ 340 000 euros, en vendant sur Internet des œuvres numériques pendant ses vacances scolaires, rapporte BBC News.

À l’instar du célèbre GIF Nyan Cat vendu au prix record de 525 000 dollars, la vente de ses œuvres a été rendue possible par un système de NFT (non-fungible tokens), des jetons de certification reposant sur une base blockchain et attestant du caractère unique d’une œuvre à travers une signature numérique. Le jeune homme a décidé de conserver son pactole en Ethereum, une cryptomonnaie similaire au Bitcoin.

Un petit prodige du code

Le jeune Britannique a utilisé un programme de code afin de créer sa série d’œuvres inspirées par une petite baleine pixélisée, un mème bien connu des internautes. Sa collection Weird Whales, contenant 3 350 œuvres, a rapidement été partagée sur les réseaux, et les premiers achats n’ont pas tardé.

© OpenSea/Weird Whales

Passionné de code depuis l’âge de 5 ans, Benyamin s’entraîne de façon méthodique et régulière. Pour se perfectionner, il travaille 20 à 30 minutes par jour sur différents exercices de codage. Comme on peut le lire sur le site officiel de Weird Whales, "le projet a débuté comme une activité éducative", avant de connaître un vrai succès.

"Si j’ai un conseil à donner à d’autres enfants qui souhaiteraient se lancer, c’est de ne pas se forcer à coder […] De la même manière que vous aimez cuisiner, cuisinez, si vous aimez danser, alors dansez, faites simplement de votre mieux", confie-t-il à la BBC.

Le garçon n’en est pas à sa première collection, il avait déjà créé une première série inspirée de l’univers de Minecraft. Après le succès de ses Weird Whales, il travaille déjà à une troisième compilation sur le thème des super-héros. En tout cas, nous, on les trouve mimis, ses baleines.


Écrivez-nous à : hellokonbinitechno@konbini.com.

À voir aussi sur techno :