AccueilSociété

À cause de Google Maps, cet Anglais n'a pas pu se faire livrer de pizzas pendant trois ans

Publié le

par Corentin Jouathel

Une seule adresse vous manque et tout est déboussolé.

C’est une mésaventure ubuesque que nous rapporte le Guardian. Un beau jour de 2018, Simon Borghs succombe à la facilité d’un Uber pour regagner son domicile, situé à Londres. Alors qu’il se rapproche de sa destination, le véhicule s’engage sur la mauvaise portion routière. Ni alcoolisé ni distrait, le chauffeur avait scrupuleusement suivi l’itinéraire tracé par Google Maps. L’incompréhension gagne d’emblée ce malheureux passager.

Décidé à éclaircir ce fâcheux incident, Simon mène sa petite enquête. À sa grande stupéfaction, le Londonien découvre que son habitation est localisée au mauvais endroit sur Google Maps : son adresse postale, pourtant inchangée, y apparaît à un autre lieu.

La faille informatique serait apparue après une mise à jour du système. D’apparence futile, ce souci numérique tourne rapidement au cauchemar. Le nombre de professionnels utilisant ce service étant exponentiel, les conséquences négatives en seront proportionnelles.

À leur tour, les divers livreurs et coursiers mandatés par Simon sont les premiers désorientés. Ces derniers se retrouvent systématiquement à près de 800 mètres de leur destination originelle, égarés dans un parc floral avoisinant.

Pour intercepter au vol les produits qui lui sont destinés, à commencer par son courrier, l’Anglais est alors contraint de déambuler dans le quartier… Se fiant eux aussi aux cartes virtuelles proposées par l’entreprise, les taxis londoniens ne le déposent jamais, eux non plus, à bon port.

Un désagrément résolu… trois ans plus tard

Lassé de cette méprise qui semble s’éterniser, notre protagoniste décide d’agir. Par différents biais, il tente d’alerter Google sur son cas personnel.

Sur Google Maps, une fonctionnalité permet de "signaler un problème", puis d’y relever une " information erronée". Simon va même jusqu’à suivre la procédure pour "ajouter un lieu manquant" au site en question. Pour partager ses ennuis et chercher de l’aide, celui-ci se tourne aussi vers un forum communautaire tenu par des volontaires. Mais en dépit de toutes ces initiatives, la situation s’enlise.

Au bout de son acharnement, il finit par joindre le média Observer, rattaché au Guardian, pour lui rapporter ses péripéties. La visibilité donnée à sa cause sera décisive, le malentendu étant résolu 24 heures plus tard.

Des interrogations légitimes

Jusqu’ici, la société n’a pas fourni les raisons de ce dysfonctionnement. Google Maps constate régulièrement ce genre de mécontentement, provenu d’individus ayant vécu une histoire semblable.

Un fait divers qui nous interpelle sur notre dépendance vis-à-vis des fonctionnalités proposées par les géants du numérique.


Il vous est déjà arrivé un truc de ouf sur Google Maps (bien ou mal) ? Écrivez-nous à hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :