À quoi ressemblent les publicités politiques sur Snapchat ?

Des maillots de bain Trump aux campagnes de sensibilisation au vapotage, petit tour de la propagande snapchatienne.

Depuis les scandales et les craintes que peuvent induire les publicités hyper ciblées, les géants de la tech comme Twitter ou Facebook cherchent à montrer patte blanche en listant les campagnes menées par des annonceurs politiques ou politisés sur leurs plateformes. Snapchat, à son tour, vient de publier une bibliothèque des campagnes menées sur l’appli en 2018 et 2019.

La liste inclut des informations détaillées sur le commanditaire de chaque pub, le montant déboursé, et le public ciblé (sexe, âge, géographie). Des noms ou entités en ressortent : les équipes de Donald Trump, des instances gouvernementales (France y compris) et des associations cherchant à faire passer un message engagé/engageant.

Publicité

Toutes ces pubs sont parfaitement adaptées au format de Snapchat : des formats courts et catchy. Si bien que cela mène parfois à des productions complètement surréalistes, de la propagande pure et dure aux goodies ridicules. Petit tour de ce qu’il se fait…

Trump aux premières loges

C’est le grand gagnant des pubs Snapchat de l’année 2019. On a le droit à tout : pubs pour des shorts de bain, sondages, appels aux dons, chaussures aux couleurs de l’Amérique "que même Colin Kaepernick ne pourra rejeter". Du grand subtil.

Publicité

Quand on compare avec les autres pays, c’est aux États-Unis que les candidats font le plus campagne sur Snapchat. On y retrouve souvent de l’emphase mêlée de vindicte populaire saupoudrée d’accusations faciles ("c’est un vendu, votez pour moi").

Personnalités politiques et sacs Make America Great Again ne sont pas les seuls produits diffusés par Snapchat. On trouve aussi de nombreuses campagnes de sensibilisations disparates, émanant de gouvernements ou d’associations : injonction à se préparer au Brexit de l’exécutif britannique, sensibilisation contre harcèlement scolaire en Français.

Publicité

Des budgets qui paraissent ridicules

Alors que certains gouvernements, candidats ou même associations peuvent dépenser des dizaines voire centaines de milliers d’euros pour faire passer leurs messages sous forme de publicité traditionnelle, les dépenses sur Snapchat paraissent, en comparaison, dérisoires.

Publicité

Le plus grand client politique de Snapchat sur l’année 2019 est le Canada qui, fort de huit campagnes de sensibilisation contre le vapotage et l’e-cigarette, a déboursé somme de 200 000 $. Les autres clients dépensent beaucoup moins, en moyenne moins de 10 000 $.

On peut se demander si ces campagnes hyper rapides parviennent à prendre en otage le temps de cerveau disponible. Si aucun chiffre ne nous est fourni sur le temps de consultation moyen, force est de constater que le nombre de ces publicités politiques a augmenté de 2018 à 2019, passant de 660 à 1 541. C’est donc qu’elles remplissent leur but : ramener des votants et les faire voter pour une cause, peu importe celle-ci.

Aucune bibliothèque n’a été fournie pour les publicités commerciales du réseau social, à mon avis, les chiffres doivent y être autrement plus importants et les publicités autrement plus nombreuses.

Par Bertrand Steiner, publié le 18/09/2019

Copié

Pour vous :