AccueilGaming

Après les accusations envers son PDG, l'EVO Online a été annulé

Publié le

par Victoria Beurnez

La compétition internationale d'esport n'aura pas lieu cette année.

Les langues se délient (enfin) dans le gaming. Alors qu’Ubisoft vient d’annoncer dans un communiqué des mesures contre le harcèlement et les agressions qui sévissent au sein de l’entreprise, l’EVO Online vient d’être annulé.

Il s’agit de l’une des plus grandes compétitions d’e-sport, concentrée sur le jeu de combat, avec des joueurs venus de partout dans le monde. L’Evolution Championship Ship, ou EVO, tournoi annuel qui devait, cette année, se dérouler en ligne, a fait les frais de l’accusation de son PDG, Joey Cuellar, pour abus sexuel sur mineur.

Le PDG mis en cause

Tout est parti d’un récit publié par un utilisateur de Twitter, PyronIkari, où il explique comment le PDG baignait dans des trafics douteux de jetons d’arcades, qu’il proposait à des mineurs, qui devaient en contrepartie enlever leurs vêtements ou participer à des séances de piscine.

PyronIkari affirme : "99 % du temps, c’était de jeunes garçons. […] Nous étions des adolescents, sans argent, et 100 à 200 jetons d’arcade, ça représentait environ 20 à 40 dollars, ce qui était énorme pour nous. Nous ne posions pas la question : sauter dix minutes dans une piscine pour 40 euros ? Ouais ! Nous n’avions aucune idée du caractère prédateur qu’avaient ces activités." Ce n’est qu’un exemple parmi les nombreux cités.

Le PDG, Joey Cuellar, a été remercié et remplacé par Tony Cannon. Il a publié un bref message d’excuses sur Twitter :

"Je suis désolé. Je n’ai voulu faire de mal à personne. J’étais jeune, insouciant, et j’ai fait des choses dont je ne suis pas fier. J’ai grandi et gagné en maturité ces vingt dernières années, mais cela n’excuse rien. Tout ce que j’ai voulu faire, c’est devenir une meilleure personne. Encore une fois, je suis sincèrement désolé."

Les membres de la Fighting Game Community ont également pris la parole au travers de nombreux témoignages et soutiens pour les victimes suite au récit de PyronIkari. Après cette libération de la parole, beaucoup d’entre eux, mais aussi des éditeurs, se sont désistés du concours, qui peinait déjà à se constituer en ces temps de pandémie.

La compétition, qui devait avoir lieu en streaming dès le 4 juillet et tous les week-ends de ce mois, s’est vue abandonnée coup sur coup par Capcom, Bandai Namco et NetherRealm Studios. Ces derniers ont par ailleurs apporté leur soutien aux personnes victimes d’abus dans le monde de l’esport. Ce n’est pas la première fois que ce type d’accusation est mise au grand jour dans cette communauté.

À voir aussi sur techno :