Source : Innophys

Au Japon, les travailleurs âgés portent des exosquelettes pour ne pas partir à la retraite

Avec le vieillissement de la population, le pays connaît une pénurie de main-d'œuvre.

Alors que le projet de la réforme des retraites agite la France, le Japon, de son côté, prend des mesures drastiques dont personne ici ne se doute.

La population du Japon se fait de plus en plus vieillissante : aujourd’hui, 28 % des habitants ont 65 ans ou plus. Cela pose des problèmes de main-d’œuvre, notamment dans la construction, la manufacture ou encore l’agriculture. Plusieurs entreprises ont donc inventé des exosquelettes pour que les personnes âgées puissent continuer les travaux manuels, rapporte New Scientist.

Publicité

Pénurie de main-d’œuvre

Pour rappel, au Japon, l’âge légal de la retraite, qui était de 60 ans jusqu’en 2013, va glisser progressivement pour atteindre 65 ans en 2025 pour les hommes et 2030 pour les femmes. 

Pour inciter les personnes âgées à maintenir leur poste dans les domaines cités plus haut, plusieurs entreprises de la tech ont décidé de fabriquer des exosquelettes permettant de porter avec plus d’aisance des charges lourdes.

"Nous n’avons plus d’autres options : les aînés doivent rester en poste" a déclaré à New Scientist Daigo Orihara, de l’entreprise japonaise Innophys, qui fabrique un modèle d’exosquelette nommé Every Muscle Suit.

Publicité

Jusqu’à 25 kg de charge

Ce dernier ne pèse pas plus de 4 kg, se présente comme un sac à dos et fonctionne sans batterie. Pour le rendre fonctionnel, le porteur doit activer une pompe à air pressurisée pour remplir des "muscles artificiels", qui permettront de porter des charges jusqu’à 25 kg.

Depuis avril 2018, Innophys a vendu plus de 4 000 de ces appareils, qui valent environ 1 300 dollars pièce. New Scientist rapporte qu’elles sont utilisées dans l’une des plus grandes distilleries de Whisky du Japon, par les maisons médicales pour porter les patients, mais aussi toutes sortes d’usines. Elles doivent être rechargées tous les deux jours environ.

Orihara semble satisfait de ce fonctionnement, et ne s’en cache pas : "Nous avons comme client une entreprise familiale qui produit et vend des cornichons. Ils utilisent de lourdes charges dans le processus de production. Le père, qui a plus de 70 ans, devait prendre sa retraite, mais continue de travailler grâce à notre costume." Des propos qui peuvent laisser perplexe, l’homme ayant dépassé depuis longtemps l’âge de la retraite.

Publicité

L’entreprise Panasonic s’est aussi lancée dans le marché. Son modèle phare, l’Atoun Model Y, est vendu près de 5 500 dollars et fonctionne avec un moteur. Il pèse 4,5 kg et permet de porter des charges allant jusqu’à 10 kg.

La demande pour ces exosquelettes va de pair avec la croissante pénurie de main-d’œuvre sur l’archipel. Shinzo Abe, le premier ministre Japonais, avait déjà exprimé son souhait de prendre des mesures afin de faire face au vieillissement de la population, évoquant l’idée de porter l’âge de la retraite à 70 ans.

Début 2019, les Japonais étaient plus de 7 millions à continuer de travailler après 65 ans.

Publicité

Par Victoria Beurnez, publié le 17/12/2019