AccueilSociété

Au Royaume-Uni, la reconnaissance faciale s’installe dans les cantines scolaires

Publié le

par Pierre Bazin

Une mesure qui inquiète, évidemment.

À la question éthique de la reconnaissance faciale, des écoles outre-Manche semblent avoir fait leur choix. Un groupe de neuf établissements au Royaume-Uni ont ainsi commencé à utiliser cette technologie pour vérifier les paiements des enfants à la cantine scolaire.

Du côté des écoles écossaises du North Ayrshire, on affirme que cette technologie serait bien plus rapide. Dans les colonnes du Financial Times, David Swanston, directeur général de CRB Cunninghams, la société en charge de l’installation de la reconnaissance faciale dans les écoles, affirme que cette technologie réduirait à cinq secondes en moyenne le temps de paiement des élèves. Au total, plus de 65 écoles se seraient inscrites pour introduire cette nouveauté high-tech.

La technologie rend le processus non seulement plus rapide mais surtout plus hygiénique, un facteur important au regard de la crise sanitaire. En effet, le système précédent impliquait soit des scanners d’empreintes digitales, soit des classiques cartes de cantines à insérer/swiper/biper.

Cette décision soulève évidemment des inquiétudes concernant la vie privée, particulièrement quand il s’agit de mineurs. Silkie Carlo de "Big Brother Watch" affirme au Financial Times que ce type de mesure "normalise les contrôles d’identité biométriques pour quelque chose de banal", estimant qu’il n’y a pas besoin de "technologies d’aéroport" pour que les enfants prennent leur repas.

Le dépliant délivré aux parents d’élèves. Source : Conseil du North Ayrshire.

"Avec la reconnaissance faciale, les élèves sélectionnent simplement leur repas, regardent la caméra et avancent, ce qui permet un service de déjeuner plus rapide tout en supprimant tout contact au point de vente",  indique le dépliant distribué aux parents. Quant aux données biométriques des enfants, la société affirme qu’elles sont stockées sous une forme cryptée puis supprimées lorsqu’un enfant quitte l’école – et est désinscrit. Enfin les parents doivent autoriser les enfants à utiliser cette technologie.

Le conseil du North Ayrshire affirme que 97 % des enfants ou des parents auraient consenti à s’inscrire à ce nouveau processus. Toutefois, certains parents ont expliqué qu’ils n’étaient pas certains que leurs enfants aient pleinement compris les tenants et les aboutissements de cette inscription. 


Que pensez-vous de l’apparition de ces nouvelles technologies ? Écrivez-nous à hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :