AccueilSociété

Aux États-Unis, des (vrais) revolvers recouverts de Lego créent la polémique

Publié le

par Pierre Bazin

Sûrement pour une histoire de code couleur, non ?

Culper Precision, entreprise américaine basée dans l’Utah, a suscité une polémique en commercialisant des kits de décoration ressemblant de très près à des Lego pour recouvrir de vraies armes à feu. Cette initiative a poussé le fabricant danois de jouets à adresser une lettre de mise en demeure à la société en question.

"Notre organisation a contacté Lego, qui a ensuite envoyé une lettre de mise en demeure au fabricant d’armes irresponsable", a affirmé mardi sur Twitter Shannon Watts, fondatrice de l’association Moms Demand Action qui milite pour une législation renforcée sur les armes.

Ces briques rouges, jaunes et bleues ressemblant dangereusement à un jouet sont prévues pour recouvrir une arme semi-automatique. Le kit de personnalisation baptisé "Block 19" (dans une typographie proche de celle de Lego), un jeu de mots entre le modèle de revolver "Glock 19" et un "bloc" de construction, coûte entre 549 et 765 dollars.

"Voilà un de nos rêves d’enfants qui devient réalité", expliquait l’entreprise dans une publication faisant la promotion du "Block 19", postée sur Instagram le 24 juin dernier.

"Les pistolets sont sympas. Tirer avec une arme est sympa", pouvait-on aussi lire sur son site internet dans une page dédiée au produit et depuis supprimée.

"C’est irresponsable et dangereux au-delà de l’imaginable. Même quand les pistolets ne ressemblent pas à des jouets, les enfants peuvent s’en servir", a tweeté mardi Shannon Watts. "En 2021, plus de 165 fusillades accidentelles par des enfants ont eu lieu", a-t-elle ajouté, se basant sur les chiffres de l’organisation Everytown.

Un produit vite retiré

Le président de Culper Precision, Brandon Scott, a confirmé au Washington Post avoir reçu la mise en demeure de Lego et décidé de se plier aux exigences de la firme scandinave, après avoir vendu moins d’une vingtaine d’exemplaires de son "Block 19". Sur Instagram, l’entreprise se défend toutefois avec plus de véhémence.

Entre deux rappels au deuxième amendement et à la liberté de disposer de sa propriété (et donc de customiser une arme à feu comme un jouet), l’entreprise assure ne pas vouloir faire la promotion des armes pour des personnes non autorisées, c’est-à-dire des mineurs. Elle conclut en expliquant en "avoir marre du passé", sous-entendant que les "anti-armes" ont une vision passéiste.

Au vu de l’aspect du "Block 19", il est surtout plus probable que Culper Precision n’ait pas voulu se frotter aux avocats de Lego sur une simple question de propriété intellectuelle.

Cette polémique intervient au moment où le président Joe Biden a fait de la lutte contre l'"épidémie" de violences par armes à feu aux États-Unis une des priorités de son mandat.

Le président démocrate a ainsi présenté en juin des mesures pour limiter la prolifération des armes à feu, au niveau fédéral, mais le Congrès reste très divisé sur le sujet et les démocrates peinent pour le moment à faire bouger les choses.

Konbini Techno avec l’Agence France-Presse


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :