(c) Photo : jedonnemonportable.fr / Montage : Konbini Techno

Avec une simple enveloppe non affranchie, on peut maintenant recycler son vieux portable

C'est ce que propose le nouveau site jedonnemontelephone.fr.

Un vieux téléphone portable qu’on n’utilise plus, c’est un peu comme une photo de son ex : on ne sait pas trop si on doit garder ça planqué dans un tiroir de son bureau (qui sait, ça pourrait resservir un jour) ou s’en débarrasser pour de bon, parce que la nouveauté est bien plus excitante que les splendeurs du passé.

Pris dans l’étau de ce dilemme cornélien, on oublie souvent la troisième voie, l’option "je donne", surtout valable pour un vieux smartphone (pour la photo de l’ex, la vie offre peu d’occasions de la refiler à quelqu’un d’autre). On peut faire don de son téléphone obsolète pour deux raisons : soit pour le reconditionner (s’il n’est pas trop ancien ni en trop mauvais état), il sera ensuite revendu à prix cassé, soit pour qu’il soit recyclé en pièces détachées.

Publicité

Hélas, cette option est loin d’être la plus simple. Demandez à quiconque (famille, proches, collègues, passants) de vous expliquer comment refourguer son vieux téléphone, vous obtiendrez un haussement d’épaules dans 95 % des cas. Les 5 % restants vous diront qu’ils ont déjà lu ça dans un article : "Ah oui, c’est vrai ! Il faut le déposer dans un point de collecte, mais la flemme." End of the discussion.

La plateforme jedonnemontelephone.fr, avec une URL un brin longuette, mais mémorable, entend changer les mentalités. Le site propose au visiteur d’imprimer une étiquette qu’il collera sur une enveloppe. Il suffira ensuite d’y glisser son (ou ses) vieux – on peut en mettre 3 – smartphones, de préférence sans carte SIM ni coque, puis de le(s) poster dans une boîte aux lettres classique, sans l’affranchir. Simple. Basique. Pour ceux qui n’ont pas d’enveloppe ou d’imprimante, le site peut vous envoyer une enveloppe pré-affranchie.

Une fois toutes vos données personnelles soigneusement effacées par la plateforme, votre ancien bff électronique sera récupéré par les ateliers du bocage, une coopérative membre du mouvement Emmaüs. Selon le produit, il sera vendu en "bootique" solidaire ou recyclé.

Publicité

Derrière l’opération se cache l’organisme à but non lucratif ecosystem, financé par les consommateurs (donc, nous) grâce à la fameuse "écoparticipation", que nous payons à l’achat de tout matériel électrique ou électronique neuf.

Par Pierre Schneidermann, publié le 13/03/2020