apple/youtube

Mauvaise nouvelle : Apple se lance dans l'ASMR

Parce que vos oreilles adorent les bruits de papier de verre sur du polystyrène.

Je ne vais pas vous le cacher, l’ASMR me passe un peu au-dessus de la tête. Tous ces sons incongrus me donnent juste envie de me cacher dans les toilettes de Konbini et de n’en ressortir qu’à la fin de la vidéo (même si on trouve parfois quelques perles).

Pourtant, si le fait de vous faire souffler dans les oreilles par une âme en peine vous émoustille et que, parallèlement, un iPhone dans les mains vous fait vous sentir puissant, alors vos deux mondes viennent peut-être de s’entrechoquer. C’est une bonne nouvelle pour vous seulement.

Publicité

Apple a lancé hier une série de vidéos ASMR sur YouTube. Oui, oui, on parle bien d’Apple, l’entreprise avoisinant le trillion en capitalisation boursière. Comme quoi, il n’y a pas de petit profit.

La communauté ASMR, qui est passée du délire de niche à une sensation mondiale, est donc visée par la marque à la pomme. Cette opération s’inscrit dans la campagne "Shot on iPhone" avec des vidéos qui, vous l’aurez compris, ont été prises avec un iPhone XS ou X ou XR – on s’y perd bien vite. L’idée est donc de mettre en valeur les capacités remarquables de leurs téléphones.

La définition de la relaxation selon Apple

Au total, ce sont quatre vidéos qui ont été postées. On retrouve les thèmes zen classiques : bruit des vagues, de pluie ou encore bruits de pas d’un randonneur. Avec l’ébéniste travaillant sur une planche de bois, vous arriverez supposément au nirvana ultime de la détente, l’apogée du cool.

Publicité

Mention spéciale, tout de même, pour le campement sous la pluie dans la dernière production. Des quatre, c’est sûrement la plus relaxante. Je ne peux tout de même m’empêcher d’avoir de la peine pour le pauvre bougre qui a dû passer toute une journée sous ces trombes d’eau, au milieu de nulle part.

Si cette description laudative vous aura rendu fan, réjouissez-vous : ce n’était que la première saison, d’autres viendront.

Publicité

Par Bertrand Steiner, publié le 08/08/2019

Copié

Pour vous :