AccueilSociété

Ces fillettes s’appellent Alexa et, à cause d’Amazon, leur vie sociale est un calvaire

Publié le

par Julie Morvan

© Pierre Lecourt, Bob Dmyt/Flickr, Pixabay

Certaines ont même dû changer de prénom pour mettre fin aux moqueries.

Partager son prénom avec un assistant vocal peut être à double tranchant. Certains le vivent plutôt bien et en profitent même pour gratter quelques ristournes, à l’image de cette femme nommée Siri qui a tenté sa chance avec Apple. D’autres le supportent nettement moins bien, surtout lorsque les hostilités démarrent dès la cour de récré. Tant et si bien que plusieurs parents de petites Alexa ont carrément demandé à Amazon de modifier le prénom de son assistant vocal, raconte la BBC.

L’une d’entre elles a commencé à être l’objet de moqueries dès le collège, de la part de ses camarades aussi bien que des professeurs. "Elle a commencé à ne plus vouloir se présenter à cause des blagues et des conséquences néfastes, a confié sa mère. Elle était et reste un enfant, et pourtant les adultes se sont dit que c’était OK de faire des blagues sur elle. C’est accablant. L’école n’a pas aidé et lui a dit qu’elle devait renforcer sa résilience", explique sa mère au média britannique.

Face à la souffrance de sa fille, sa mère a donc décidé de modifier légalement son prénom. Alexa a alors commencé une véritable seconde vie pour accompagner ce changement : déménagement, nouvelle école, nouveaux amis. Mais cette solution de dernier recours ne satisfait clairement pas ses parents. Selon eux, Amazon doit trouver un nouveau mot pour activer ses appareils vocaux Echo et Echo Dot.

Mais la firme n’a clairement pas l’intention de changer quoi que ce soit. Amazon a simplement déploré et désapprouvé ce phénomène dans un communiqué : "Nous sommes attristés par les expériences que vous avez partagées, et voulons être très clairs : tout harcèlement de quelque forme que ce soit est inacceptable, et nous le condamnons de la façon la plus ferme possible." Nulle mention d’un quelconque changement de prénom n’a cependant été faite.

Au Royaume-Uni, plus de 4 000 personnes de moins de 25 ans portent le prénom Alexa, relate la BBC. Aux États-Unis, elles sont plus de 130 000, selon le site officiel de la campagne Alexa Is a Human. Lauren Johnson, la mère d’une petite Alexa à l’origine de la campagne, explique sans détour à la BBC :

"Ma fille Alexa a maintenant 9 ans. Toute cette histoire va au-delà des taquineries ou de l’intimidation 'normale'. C’est de la suppression d’identité. Le mot Alexa est devenu synonyme de serviteur ou d’esclave. Il autorise les gens à traiter les personnes portant le prénom Alexa de manière servile."

En France, le prénom est bien moins répandu : seulement 20 Alexa sont nées en 2019, selon l’Insee. Le risque de moqueries est donc encore mince de notre côté de la Manche.


Si vous aussi vous vous appelez Alexa ou Siri et songez à changer de prénom, vous pouvez nous écrire à : hellokonbinitechno@konbini.com.

À voir aussi sur techno :