AccueilSociété

Cet appareil auditif à monter soi-même pourrait tout changer

Publié le

par Battiste Delfino

Crédit : LoCHAid // Starkey Livio AI 2000

1 euro. Qui dit mieux ?

L’âge nuit fatalement à l’efficacité de nos sens. L’un des principaux inconvénients du vieillissement est la perte naturelle de l’audition : les sons deviennent plus étouffés, les aigus disparaissant graduellement et les bruits de fond, mis en sourdine par notre cerveau – comme ceux issus de la circulation ou des travaux –, fanfaronnent en vacarme.

Dans le monde, plus de 200 millions de personnes âgées de plus de 65 ans ont du mal à bien entendre, mais beaucoup n’ont pas les moyens de se payer un appareil auditif. En 2050, avec le vieillissement de la population, on estime que cette problématique atteindra 900 millions de personnes.

Car les audioprothèses coûtent cher, très cher. Une situation à laquelle tentent de remédier chercheurs et pouvoirs publics, à mesure que la technologie progresse et que les industriels se livrent une concurrence acharnée, qui fait certes baisser les prix, mais de manière jugée beaucoup trop lente.

Des chercheurs du Georgia Institute of Technology ont pris l’affaire à bras-le-corps et ont développé un kit de création pour fabriquer son propre appareil auditif à prix cassé. LoCHAid (c’est son nom) vous coûterait moins d’un euro (1 dollar) et se réparerait "très facilement", à en croire M. Saad Bhamla, professeur adjoint à Georgia Tech, qui collabore sur le projet.

Composants de fabrication du LoCHAid. (© Georgia Institute of Technology)

Une aide auditive minimale

Pour simplifier sa conception, l’équipe a choisi de se concentrer uniquement sur la perte auditive liée à l’âge et non aux autres pathologies dégénératives ou dues à l’endommagement de certains organes internes de l’oreille, qui peuvent survenir à l’issue de coups ou d’infections, par exemple.

"Le défi que nous nous sommes fixé était de construire une aide auditive minimaliste et de déterminer à quel point elle serait utile aux millions de personnes qui pourraient l’utiliser", explique Bhamla.

Saad Bhamla portant le dispositif LoCHAid. (© Georgia Institute of Technology)

Les pièces électroniques de LoCHAid coûtent moins de 1 dollar lorsqu’elles sont achetées en vrac, sans compter les coûts de distribution. Le prototype, présenté la semaine dernière dans une publication de Plos One, s’assemble sur un boîtier imprimé en 3D et fonctionne avec de simples piles AA ou lithium-ion ordinaires.

Compte tenu de sa taille légèrement supérieure à un appareil auditif classique, il se porte comme un collier et non autour de l’oreille. Pour bien entendre avec style, il faudra quand même sortir la carte bleue.

L’appareil serait "très simple à assembler", à en croire l’étude (même s’il ne faut pas avoir peur de la soudure), et aurait une durée de vie d’un an et demi, contre 3 à 4 ans pour les audioprothèses dites classiques.

"Il s’agit d’une première étape et nous avons prouvé que faible coût ne doit pas nécessairement être synonyme de qualité médiocre", termine Saad Bhamla.

Les concepteurs du LoCHAid travaillent actuellement sur un appareil plus petit, ce qui porterait le coût à 7 dollars (6 euros). Il sera plus facile à porter, mais pourrait nécessiter plus de connaissances pour être assemblé. Pour nuancer cette annonce, il faut tout de même rappeler que les appareils auditifs conseillés par les médecins – dont les prix plafonnent à 2 000 euros – sont le fruit de longues années de perfectionnement.

Ils sont, certes, beaucoup plus chers que le LoCHAid, mais nous aurions du mal à conseiller un produit low cost encore peu éprouvé à des personnes souffrantes, nécessitant un suivi médical et une écoute personnalisée. En vrai, nous ne l’avons pas testé, donc on ne peut pas affirmer que c’est aussi bien qu’un appareil classique.


Des idées d’articles, des anecdotes ? Faites-vous entendre en nous envoyant à message sur hellokonbinitechno@konbini.com !

À voir aussi sur techno :