AccueilSociété

Comment nos aînés matchaient via les cassettes VHS, bien avant Tinder

Publié le

par Mickaël Laplaud

Dans les années 1990, les célibataires cherchaient l’amour sur des cassettes vidéo avec le service Great Expectations.

Il y a une trentaine d’années, alors que Tinder et autres Meetic n’avaient pas encore vu le jour, l’ancêtre des applications de dating Great Expectations s’imposait dans le domaine des rencontres amoureuse. Et comme nous étions en plein milieu des années 1990, tout se déroulait par l’intermédiaire de cassettes VHS, nous raconte Vox dans un article récent.

Lancée en 1976, la société fondée par Jeff Ullman permettait à des hommes et des femmes de se présenter en trois minutes en vidéo, et bien entendu de visionner les autres profils enregistrés. Évidemment, rechercher l’âme sœur vautré dans son canapé n’était pas encore d’actualité.

Il fallait se rendre dans un des centres de la compagnie, qui s’était étendue sur tout le territoire nord-américain. Là, vous pouviez consulter des classeurs comportant les profils des membres accompagnés de photos puis, une fois votre sélection faite, regarder les profils en vidéo dans des cabines privées.

Une révolution était née. Avec des portraits filmés, il était possible de s’imaginer plus facilement la personnalité de l'être convoité, voire même déceler si une première rencontre pouvait s’engager facilement.

Un tel service avait un coût. Pour 625 dollars, vous pouviez soumettre votre vidéo pendant six mois sans consulter les autres. Il fallait débourser près de 2 000 dollars pour avoir accès à tout le catalogue et jouir entièrement du service proposé. Si une personne vous convenait, vous aviez accès à ses données privées (numéro de téléphone, villes…) uniquement en cas d’intérêt réciproque.

Si aujourd’hui le swipe a remplacé l’avance rapide, on reconnaît tout de même les prémices des fonctionnalités de base des applications de dating actuelles. Mort à l’avènement d’Internet avec les premiers sites de rencontres, Great Expectations n’en reste pas moins un précurseur en la matière. 


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :