Coronavirus : fakes news et théories conspirationnistes contaminent TikTok

Sur l'appli de partage de vidéos, on navigue entre panique, fausses infos, vannes et tentatives de débunkage.

Voilà désormais plus de deux mois que le virus 2019-nCoV, communément nommé coronavirus, s'est déclaré dans la ville de Wuhan, en Chine. On compte à l'heure actuelle plus de 20 600 cas confirmés dans le monde, dont l'écrasante majorité se trouve en Chine.

Six cas ont été déclarés en France, tandis que 400 personnes sont décédées du virus, comme on peut le voir sur cette carte interactive. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a finalement déclaré le coronavirus 2019-nCoV comme une "urgence de santé publique" internationale, sans pour autant le qualifier de pandémie.

Publicité

La panique générale et la surenchère médiatique causées par le coronavirus ont entraîné un déluge de fausses informations, de théories conspirationnistes et même de racisme en ligne. On s'en doutait un peu : chaque actualité forte engendre désormais son lot de rumeurs, craintes, spéculations et opportunismes sur les réseaux sociaux.

Le faux sang du "patient zéro" et le #coronavirus

L'application de vidéos TikTok, qui explose les compteurs de téléchargements depuis un an environ, fait face, avec le coronavirus, à ses premières fake news d'ampleur internationale.

Dans une vidéo virale, depuis supprimée par son créateur, mais qui a été repostée par de nombreux comptes, un homme se faisant passer pour un médecin affirmait être en possession d'un échantillon de sang du "patient zéro" du coronavirus et effectuer des tests en laboratoire sur celui-ci.

Publicité

On le voit étaler un sang normal sur un tissu avant de le comparer au "sang infecté", expliquant que "quelque chose ne va pas avec ce sang" devant la caméra, avec une musique un brin angoissante en fond sonore.

Il s'agit, évidemment, d'un fake. Le jeune homme à l'origine de la vidéo a depuis affirmé sur Twitter avoir réalisé ces images dans le cadre de son parcours d'études, pour observer la façon dont les fake news se propagent. On ne sait pas vraiment s'il cherche ainsi à se protéger des conséquences de son acte ou s'il cherchait, depuis le départ, à alerter sur les fausses infos avec cette vidéo. Mais avec près de 10 millions de vues sur un seul des republications de sa vidéo sur Twitter, le mal est fait.

Publicité

En suivant le hashtag #coronavirus sur l'application, on trouve aussi quantité de vidéos plus ou moins tendancieuses. On retrouve quantité de gamins affirmant avoir eux-même attrapé le virus, ou avoir un ami contaminé, pour faire plus de vues. Difficile de faire plus stupide.

Les utilisateurs de TikTok cherchent surtout – puisque c'est un peu le principe de l'appli – à faire des vannes sur le coronavirus. Mais certaines prennent une ampleur inattendue. Par exemple, on trouve des vidéos d'ouverture de colis Ali Express ou Amazon venus de Chine, où les utilisateurs se filment en train de déballer leurs paquets, vêtus d'une combinaison de protection, recouverts des pieds à la tête, sont devenus une véritable interrogation pour les internautes. Certains, sur les réseaux, se demandent vraiment s'ils vont attraper le virus en ouvrant simplement un carton. Réponse : non. C'est hautement improbable, comme l'a rappelé le ministère de la Santé.

Publicité

@claudiaa63

#facetrackingchallenge En vrai j’ai peur de l’ouvrir 😂😭#tapetesposes #foryoupag #pourtoi #chinacoronavirus

♬ Heure de mouwiw - queenaluxundre

On retrouve aussi quantité de vidéos racistes envers les personnes asiatiques, en particulier du côté du TikTok anglo-saxon. À ce sujet, mieux qu'un long discours, Konbini News avait eu l'occasion de discuter avec la journaliste Linh-Lan Dao. On vous laisse regarder.

La réponse de TikTok et des autres réseaux sociaux

Bien évidemment, TikTok n'est pas la seule application à subir cette déferlante de fausses informations. Sur Twitter, YouTube ou Facebook, les théories conspirationnistes et les fake news se multiplient aussi.

TikTok a affirmé au magazine américain Forbes qu'il "supprimerait toutes les tentatives délibérées de falsifier les sources d'informations faisant autorité" sur le sujet du coronavirus. Il est également possible pour chaque utilisateur de signaler les vidéos faisant état de fausses informations.

De façon assez intéressante, nombre d'utilisateurs tentent aussi de "débunker" les fausses infos en direct sur l'application (et en utilisant ses codes). Avec des vidéos contre le racisme anti-asiatique, notamment, mais aussi avec des vidéos explicatives, comme celle disponible ci-dessous. L'idéal reste évidemment de s'informer sur le sujet à la source

@cestlhistoirede

On essaye de ne pas paniquer 🧘‍♂️🧘‍♀️#foryou #pourtoi #coronavirus

♬ Trippin - tiktok

De son côté, Facebook a déclaré, dans un billet de blog datant du 31 janvier, que le site supprimerait les contenus relayant "de fausses affirmations ou des théories du complot signalées par les principales organisations de santé mondiales et les autorités sanitaires locales".

Twitter propose enfin, depuis le 27 janvier, de rediriger les utilisateurs réalisant une recherche sur le coronavirus vers un panneau nommé "Connaître les faits", où l'on retrouve des infos officielles sur le virus et sa propagation.

Par Benjamin Bruel, publié le 05/02/2020

Pour vous :