AccueilSociété

Darknet : la plus large opération d’arrestations de l’histoire vient d’avoir lieu

Publié le

par Battiste Delfino

(c) Pïxabay

500 kg de drogues et 6,5 millions de dollars (en cash et en cryptomonnaies) ont été saisis.

Les services du FBI et d’Europol ont annoncé, mardi 22 septembre, avoir arrêté 179 vendeurs et acheteurs de drogues en Europe et aux États-Unis, entraînant l’une des plus grosses perquisitions de l’histoire du darknet. Cette arrestation conjointe – appelée Operation DisrupTor – a permis d’envoyer un message fort aux trafiquants du monde entier.

Dans une conférence de presse, les deux agences ont annoncé avoir saisi de grandes quantités de fentanyl, d’oxycodone, de méthamphétamine, d’héroïne, de cocaïne, d’ecstasy, de MDMA, ainsi que de nombreux médicaments considérés comme illégaux dans certains pays et quelques armes à feu.

Au total, 500 kg de drogues et 6,5 millions de dollars ont été saisis aux domiciles et entrepôts des délinquants. Les arrestations ont eu lieu aux États-Unis (121), en Allemagne (42), aux Pays-Bas (8), au Royaume-Uni (4), en Autriche (3) et en Suède (1).

En Europe, une dizaine de ces arrestations font suite au démantèlement en mai dernier du Wall Street Market, qui était alors le deuxième plus gros marché illégal au monde. À l’époque, les autorités allemandes avaient arrêté les prétendus exploitants du site et deux de ses revendeurs les plus prolifiques.

"Ils nous ont fourni toutes les informations qui ont conduit à l’identification des personnes arrêtées aujourd’hui", a déclaré Claire Georges, attachée de presse d’Europol.

"Nous avons rassemblé ces informations, puis nous avons envoyé ce que nous appelons des 'paquets de renseignements' à tous les pays concernés. Fondamentalement, ce sont des informations ou des documents dans lesquels nous disons 'écoutez, nous savons que [cette personne] dans votre pays a fait [cela], et vous voudrez peut-être ouvrir une enquête'…'"

Ces arrestations, comme l’a précisé l’attachée de presse d’Europol, "ont un effet invariablement cumulatif", c’est-à-dire que lorsqu’un revendeur est arrêté sur tel ou tel site, c’est tout les acheteurs qui en pâtissent : "Ces personnes n’opèrent pas uniquement sur un seul marché, elles couvrent tout le spectre du darkweb", explique-t-elle.

"L’âge d’or du darkweb est révolu"

Les services de renseignements infiltrent habituellement de grands réseaux pour les démanteler (AlphaBay Market, Dream Market, Wall Street Market, Nightmare Market, Empire Market, White House Market, Deep Sea Market, Dark Market…) et se servent des petits revendeurs uniquement pour attraper de gros poissons – comme ça a été le cas pour la fermeture de Silk road et l’arrestation de son fondateur Ross William Ulbricht, une figure du milieu.

Aux États-Unis, l’enquête a impliqué un large éventail d’enquêteurs du FBI, de la DEA, des douanes et de la protection des frontières (CBP) ainsi que du ministère de la Défense. Le ministère de la Justice américaine a déclaré qu’il s’agissait sans équivoque de "la plus grande opération internationale visant les trafiquants d’opioïdes sur le darknet".

Dans un communiqué publié dans la foulée, Europol a déclaré qu’un certain nombre d’enquêtes sont toujours en cours pour identifier les individus qui gravitent autour des criminels appréhendés.

En fin de message, l’agence va jusqu’à signer : "L’âge d’or du marché du darkweb est révolu", signe que les autorités internationales sont confiantes en leurs capacités à museler le trafic. Pourtant, impossible de savoir si l’arrestation des 179 individus va profiter ou non à leurs concurrents et entraîner une reprise des ventes dans les prochains mois.


Des idées d’articles, des anecdotes tech à partager ? Écrivez-nous à hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :