AccueilSociété

Dermatologie : le port du masque peut provoquer de la "mascne"

Publié le

par Battiste Delfino

© Piksit.com

Mascne = mask + acne.

Ces derniers mois, le port du masque rendu obligatoire a pu entraîner quelques effets secondaires. Dans certains cas et au contact de certains types de peaux, les protections du visage provoqueraient l’apparition de plaques de boutons similaires à de l’acné. Des dermatologues américains ont renommé ce phénomène la "mascne'', un mot-valise – un peu compliqué à prononcer – contraction de "mask" et "acne".

Selon la Société française de dermatologie (SFD), quinze millions de personnes souffriraient de formes d’acné, plus ou moins avancées, en France. L’acné se développe lorsque le sébum et les cellules mortes de votre peau bouchent vos follicules pileux. Il s’agit d’une inflammation assez bénigne et plutôt commune lors de l’adolescence, mais qui peut aussi apparaître à l’âge adulte et nécessiter des traitements dans les cas les moins enviables.

Pourquoi les masques provoquent-ils de l’acné ?

Les masques empêchent la salive et les autres gouttelettes émises par la respiration, la toux ou les éternuements de pénétrer dans l’air et de potentiellement transmettre des maladies. Ils restent terriblement utiles et efficaces, malgré quelques désagréments.

Car, comme le rapporte le média Wired dans un article consacré à ce sujet, les masques empêcheraient également l’humidité de s’échapper, créant un environnement propice au développement des bactéries responsables de l’acné et amplifiant le phénomène s’il est déjà présent.

Si vous ne lavez pas régulièrement votre masque en tissu ou portez pendant trop longtemps votre masque chirurgical, ces bactéries continueront de s’infiltrer dans votre peau, provoquant des plaques. L’autre risque est de laver votre masque avec un détergeant nocif pour la peau, provoquant une réaction allergique ou des irritations.

Comment l’éviter ?

Il n’existe malheureusement pas de solution miracle pour faire disparaître l’acné, mais on peut assez simplement prévenir l’apparition des irritations et des plaques de boutons de la "mascne".

Le premier conseil est évident : lavez-vous régulièrement le visage et usez de crèmes hydratantes en accord avec la nature de votre peau. Ensuite, faites bien attention au type de masque que vous portez et réfléchissez aux endroits où il aurait pu traîner auparavant.

Katie Jae, une esthéticienne médicale (toujours interrogée par Wired) recommande à ceux qui souffrent de "mascne" d’investir dans les masques chirurgicaux ou du moins, dans plusieurs masques lavables en tissu.

"Il est important de changer le masque tout au long de la journée, afin que les bactéries qui se forment n’aient aucune chance de continuer à se développer et de perturber la peau. Si vous portez généralement du maquillage, évitez d’en mettre dans les zones couvertes par le masque."

"Il faut garder votre visage propre et hydraté et ne pas l’exfolier excessivement. Les gens pensent souvent qu’ils doivent assécher l’acné, mais le dessèchement de votre peau peut en fait entraîner davantage de poussées", reprend-elle.

Pour ce qui est du lavage du masque, les produits comme la javel et l’alcool sont à proscrire. Il vaut mieux privilégier un lavage d’au moins 30 minutes, à 60 degrés, avec votre lessive habituelle – pour peu qu’elle ne soit pas nocive pour la peau sur de longues périodes.

Comme Brigitte Milpied, dermatologue et membre de la SFD, l’expliquait au journal Le Monde : "Il peut y avoir des réactions d’intolérance au masque qui ne sont pas des réactions allergiques. Le simple fait que ce soit rouge n’est pas suffisant pour dire qu’un masque comporte une substance allergène."

Aussi, si des plaques ou inflammations apparaissent sous votre masque, cela peut être dû à un assemblage de facteurs très différents, autres que l’acné. Enfin, n’hésitez pas à consulter un dermatologue pour discuter des produits les mieux adaptés à votre peau. Les médecins seront les seuls à pouvoir déterminer les causes de vos irritations et vous accorder un suivi efficace pour les faire disparaître.


Des idées d’articles, des anecdotes à nous partager ? Envoyez-nous un mail à hellokonbinitechno@konbini.com !

À voir aussi sur techno :