AccueilSociété

Facebook continue sa lutte contre la désinformation et supprime 1,3 milliard de comptes

Publié le

par Ana Corderot

Mark Zuckerberg est en faveur d’une responsabilisation accrue des plateformes numériques.

La lutte sans relâche contre la prolifération des fake news et autres contenus illégaux sur les réseaux sociaux continue pour Facebook. Ce jeudi 25 mars, lors d’une audition parlementaire sur l’énergie et le commerce, qui se tenait devant le Congrès américain, les directeurs généraux de Facebook, Twitter et Google ont dû répondre à des questions au sujet de la gestion de la désinformation.

Le jour précédant l’audition, selon Le Monde, Mark Zuckerberg réagissait déjà aux reproches d’élus démocrates en appelant les législateurs américains à davantage responsabiliser les plateformes numériques, y compris la sienne, en matière de modération des contenus illégaux.

"Quelles que soient leurs opinions politiques, les gens veulent s’assurer que les entreprises prennent leurs responsabilités en matière de lutte contre les contenus illégaux sur les réseaux."

1,3 milliard de faux comptes supprimés

C’est dans ce contexte que Guy Rosen – vice-président en charge de l’intégrité des plateformes du groupe – a rappelé, dans un communiqué publié le 22 mars sur Morning Consult, que le réseau social aux 2,85 milliards d’abonnés (actifs) améliorait constamment ses outils pour éradiquer les fausses informations et les faux comptes.

Ainsi, entre octobre et décembre 2020, des équipes de modérateurs, composées d’à peu près 35 000 personnes, auraient désactivé environ 1,3 milliard de comptes factices. Ces mêmes modérateurs, aidés par des algorithmes d’intelligence artificielle, détectent de mieux en mieux les comportements fallacieux, type fraudes ou spams.

Guy Rosen rappelle que des fact-checkers viennent également en aide aux modérateurs en effectuant un travail dans plus de 60 langues, sur les publications et groupes qui ne seraient pas dignes de confiance. Pour les fausses allégations les plus graves, Rosen le redit, les contenus sont immédiatement supprimés.

Dans une ère numérique où les fake news prolifèrent, même dans le champ politique et sociétal, la gestion de cette désinformation est primordiale et les GAFAM, sous la pression, le comprennent de mieux en mieux jour après jour. 

À voir aussi sur techno :