Facebook doit payer 52 millions de dollars de dédommagement à ses modérateurs

Viols, meurtres, décapitations : Facebook doit payer ses modérateurs en réparation des "horeurs" auxquels ils sont confrontés.

Facebook va distribuer 52 millions de dollars à ses modérateurs. La raison ? Un tribunal a jugé que le réseau social devait les dédommager pour pallier aux "horreurs" auxquels ils sont confrontés en ligne.

L’affaire démarre en septembre 2018, lorsqu’une ancienne modératrice nommée Selena Scola dépose une plainte devant un tribunal californien. Elle affirme avoir développé un syndrome de stress post-traumatique après seulement 9 mois passés au sein des "nettoyeurs" de Facebook, ces modérateurs chargés de supprimer le contenu violent et/ou illégal du réseau social.

Publicité

Ses propos sont pour le moins choquants. "Tous les jours, les utilisateurs de Facebook diffusent des millions d’images ou de vidéos en direct d’abus sexuels sur des enfants, de viols, de torture, de bestialité, de décapitations, de suicides et de meurtres", relate la plainte.

D’anciens modérateurs se sont joints à elle et deux actions collectives ont été menées. Les modérateurs, généralement sous contrat avec des entreprises tierces, sont exposés "à toutes les horreurs que les esprits humains dépravés peuvent imaginer", assène Steve Williams, avocat pour l’un des groupes de plaignants, auprès du quotidien britannique The Guardian.

"Pour maintenir une plateforme aseptisée, maximiser ses profits déjà conséquents et soigner son image publique, Facebook se repose sur des personnes comme Selene Scola – les 'modérateurs de contenus' – pour visionner ces posts et retirer tous ceux contraires à ses règles", continue le compte rendu de la plainte originelle.

Publicité

Le réseau social a donc dû se résoudre à trouver un accord. Plus de 10 000 modérateurs de Facebook aux États-Unis, anciens ou actuels, vont recevoir un chèque minimum de 1 000 dollars. Les personnes ayant été diagnostiquées avec des troubles spécifiques recevront jusqu’à 50 000 dollars, notamment pour payer les frais médicaux.

Facebook devra également "changer ses règles pour mieux s’occuper de la santé mentale" des employés, précise le Guardian, mais aucune précision n’a été apportée.

Ce n’est pas la première fois que l’entreprise est critiquée pour sa gestion et les conditions de travail de ses modérateurs. Une enquête de The Verge affirmait en 2018 que ces mêmes "nettoyeurs" recevaient généralement un salaire inférieur à 29 000 dollars par an pour regarder ces vidéos horrifiques, et qu’ils ne bénéficiaient d’aucun soutien psychologique.

Publicité

Plus récemment, en France, la série documentaire Invisibles, les travailleurs du clic, produite par France Info, faisait la lumière sur les conditions de travail de ces modérateurs en Europe et en France, à l’aide de témoignages hallucinants. Vous pouvez la regarder sur YouTube, c’est juste en dessous.

Par Benjamin Bruel, publié le 13/05/2020