Facebook vous permet de voir des photos de femmes... mais pas d'hommes

Des photos de vos amies Facebook ? Tenez, les voilà en bikini. Des photos de vos amis ? Désolé, ça ne va pas être possible.

(© Facebook)

Le 13 février, le chercheur en cybersécurité belge Inti de Ceukelaire rapportait sur Twitter une étrange découverte : selon lui, Facebook aurait "secrètement adapté sa fonction de recherche cachée creepy ce week-end". Résultat : lorsque vous tapez dans la barre de recherche "photos of my female friends" ("photos de mes amies"), vous obtenez une mosaïque de photos des amies dans votre liste de contacts. En revanche, lorsque vous remplacez "female" par "male", et cherchez donc des photos des hommes de votre répertoire, étrangement, aucune photo n’apparaît dans les résultats de recherche - dans certains cas, comme dans les tests effectués par The Next Web et Slashdot, apparaissent des photos complètement fantaisistes voire… des photos de femmes.

Publicité

De notre côté, forcément, on a fait le test. Première conclusion : le "bug", ou la fonctionnalité (à ce stade, on ne sait même plus) fonctionne, une recherche de photos d’hommes ne générant aucun résultat. Deuxième conclusion : la requête ne fonctionne pas en français - dans de multiples combinaisons, les mots "photo", "mes" et "amies" ne proposent rien d’autre qu’une mosaïque de ces citations toutes faites sur fonds de roses et de couchers de soleil (ce qui en dit long sur leur viralité), en provenance d’utilisateurs ou de groupes hors de votre cercle. Selon De Ceukelaire, l’algorithme lui aurait même conseillé de remplacer "male" par "female".

Troisième conclusion, plus gênante : l’outil d’autocomplétion de la requête "photos of my female friends" nous propose, dans l’ordre, "bikini", "2018" et "at the beach". Quatrième et dernière conclusion : muni de la précédente information, un tour sur la mosaïque de photos nous fait remarquer une certaine prépondérance de photos prises en été, à la plage,ainsi que de photos de profil, souvent de meilleure qualité que la cohorte d’instantanés que forment le reste des albums (pour d’évidentes question de vie privée, nous ne publierons pas de mosaïque, faites le test dans votre coin).

Un bug… ou une fonctionnalité?

Une fois ce constat dressé, reste alors la question qui fâche. En langage tech, on dirait : "Est-ce un bug ou une fonctionnalité ?" En d’autres termes, Facebook a-t-il conçu un outil spécifique pour rechercher des photos de femmes ? Un premier élément laisse planer le doute : l’URL. Inti de Ceukelaire a remarqué que l’URL qui correspond aux résultats de recherche indique "https://www.facebook.com/me/friends/females/intersect/". Or, lorsque l’on remplace manuellement la rubrique "female" par "male", on ne débouche sur rien, comme si le moteur de recherche ne possédait pas cette fonction. Facebook va devoir s’expliquer.

Publicité

Pourquoi mettre l’accent sur la plage et les bikinis dans l’autocomplétion ? Là, difficile à dire. Il est possible, comme chez Google, que l’algorithme vous propose ce qui a été le plus souvent recherché par les membres du réseau social, tout simplement. Malsain, certes, mais Facebook n’y serait pour rien, son algorithme Graph Search ne faisant que ce qu’on lui demande, à savoir essayer de deviner vos recherches à partir des associations de termes les plus fréquemment recherchés par vos pairs. Le 5 décembre dernier, Facebook expliquait que le comportement des utilisateurs sur Facebook affectait bien les résultats de recherche.

Tout cela n’est donc probablement qu’un simple accroc de l’algorithme Graph Search, lancé en 2013, qui a pour fonction de s’adapter aux comportements des utilisateurs. Un système aujourd’hui moribond et que les équipes de Facebook démantèlent progressivement. Il n’empêche : cette "fonctionnalité" de recherche de photos de femmes nous rappelle forcément que le Facebook que nous connaissons aujourd’hui s’est construit sur les restes de FaceSmash, un site qui permettait aux étudiants de Harvard de noter les étudiantes de l’université en fonction de leur apparence physique. Un passé gênant que Facebook a tant bien que mal tenté de faire oublier, et qui revient aujourd’hui le hanter.

Par Thibault Prévost, publié le 14/02/2019

Copié

Pour vous :