AccueilSociété

Google va désormais licencier ses salariés s’ils ne se vaccinent pas

Publié le

par Pierre Bazin

Peu d’employés ont émis des retenues quant à cette exigence.

La nouvelle a éclaté hier soir, mais les employés de Google sont plus ou moins au courant depuis le 3 décembre. Une note interne les alertait alors que s’ils ne montraient pas de preuve de vaccination avant une certaine date, ils seraient mis en congé administratif payé pendant trente jours, puis en congé personnel non payé pendant six mois. S’ils n’ont pas présenté de preuve de vaccination après ces sept mois, ils seront licenciés.

"Nous nous attendons à ce que presque tous les rôles chez Google aux États-Unis tombent dans le champ d’application du décret, indique le mémo. Toute personne entrant dans un bâtiment de Google doit être entièrement vaccinée ou disposer d’un logement agréé lui permettant de travailler ou de venir sur place." Il précise également que les "tests fréquents ne sont pas une alternative valable à la vaccination".

La note de Google est intervenue trois semaines après qu’une cour fédérale américaine a suspendu la mesure de Joe Biden qui enjoignait aux entreprises de plus de 100 personnes d’exiger la vaccination de leurs employés. Le récent mémo de Google suggère que la société poursuivra son exigence, quelle que soit la décision de la Cour suprême américaine.

"Comme nous l’avons déjà dit, nos exigences en matière de vaccination sont l’un des moyens les plus importants pour assurer la sécurité de notre personnel et assurer le fonctionnement de nos services, a déclaré un porte-parole de Google. Nous nous engageons à faire tout notre possible pour aider nos employés qui peuvent se faire vacciner à le faire, et nous soutenons fermement notre politique de vaccination."

Dans un e-mail que la CNBC a pu consulter, Chris Rackow, vice-président de la sécurité de Google, justifie cette approche :

"Les vaccins sont essentiels pour permettre à tous un retour au bureau en toute sécurité et pour minimiser la propagation de Covid-19 dans nos communautés."

Les employés qui ne se font pas vacciner peuvent demander des exemptions pour croyances religieuses ou conditions médicales, que Google a déclaré qu’il accorderait au cas par cas. L’entreprise a affirmé que les travailleurs pouvaient rechercher d’autres rôles dans l’entreprise qui ne relèveraient pas du décret et seraient éligibles pour le travail à distance.

Du côté des employés de Google, peu semblent fermement opposés à cette exigence. Le mois dernier, environ 600 travailleurs ont signé un "manifeste" demandant à l’entreprise de retirer cette demande de vaccination quasi obligatoire. Cela ne représente que 0,4 % des 150 000 employés de Google.


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :