AccueilSociété

Il n'a plus d'électricité depuis deux ans car il a refusé le compteur Linky

Publié le

par Pierre Schneidermann

© Nick Dolding / Konbini Techno

Un cas extrêmement "rare" selon Enedis.

On le sait, le déploiement du compteur Linky par Enedis ne se fait pas sans heurts. Nombreux sont ceux qui refusent catégoriquement l’irruption de ces boîtiers dans leur habitation, notamment par crainte des répercussions des ondes électromagnétiques sur la santé et par refus d’une irruption d’une entreprise dans sa vie privée, nous rappelle Capital.

Empêcher un Linky d’arriver chez soi, c’est difficile, en théorie quasi impossible car obligatoire sur le papier (les exégètes des textes de lois se déchirent néanmoins sur la question), mais ça se fait quand même, rappelle le site Kelwatt dans une synthèse neutre et étoffée consacrée à la question. La contrepartie, en cas de refus, c’est qu’Enedis peut résilier un contrat d’électricité.

Sauf erreur de notre part, cette situation extrême, la résiliation de contrat – donc la coupure d’électricité – n’est pas monnaie courante. En septembre dernier par exemple, on apprenait via les Dernières Nouvelles d’Alsace qu’une famille de la vallée de la Bruche, à 30 km de Strasbourg, qui avait refusé le compteur, avait eu une coupure de quatre jours. Contactée par le média, Enedis avait assuré qu’il s’agissait d’une "erreur regrettable".

Le cadre étant posé, la situation de Nicolas, habitant de Lignan-Sur-Orb, au nord de Béziers, semble tout à fait exceptionnelle. Depuis deux ans, il vit tout simplement sans électricité, nous rapporte France Bleu. Pendant la construction de sa maison en 2019, on lui avait fourni un compteur de chantier qu’Enedis lui aurait enlevé sans l’avertir. Il aurait ensuite mentionné son intention d’acheter un compteur alternatif sur Internet sans obtenir gain de cause.

Pour survivre, il a dans un premier temps pallié la coupure avec un groupe électrogène. Mais, comme "ça faisait du bruit", il a ensuite opté pour l’option dépannage par la famille ou les voisins. Il craint l’hiver qui arrive, et ne peut pas actuellement accueillir ses enfants dans de bonnes conditions.

Contacté par France Bleu, le maire du village est tombé des nues. Quant au directeur d’Enedis dans l’Hérault, il assure au journaliste qu’une solution sera rapidement trouvée, soulignant au passage qu’il s’agirait d’une réticence "rare".

Outre la solidarité des voisins, de la famille et maintenant du maire, Nicolas peut compter sur le soutien du groupe Facebook "Stop Linky Languedoc Roussillon + info 5G", fort de 2 500 membres, où l’on est ravi que l’affaire soit relayée par les médias.


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :