AccueilSociété

La Chine a lancé un mystérieux vaisseau spatial réutilisable en orbite

Publié le

par Battiste Delfino

Cette mission pourrait marquer une étape marquante dans la compétition spatiale qui oppose la Chine aux USA.

Le 6 septembre 2020, le tout premier vaisseau spatial chinois réutilisable du pays aurait atterri avec succès, après avoir passé deux jours en orbite.

Les spécificités de l’engin n’ont pas été dévoilées, ni même son design, et les maigres détails qui nous sont parvenus proviennent de l’agence de presse Xinhua, affiliée au régime de Pékin. C’est donc dans un silence relatif que, ce vendredi 4 septembre, le transporteur Long March-2F a propulsé le véhicule chinois depuis la base de lancement de Jiuquan, en Mongolie intérieure.

Selon l’agence de presse, "ce vol concluant marque une étape importante dans la recherche d’engins spatiaux réutilisables et devrait aboutir à des trajets aller-retour accessibles et moins chers pour une utilisation pacifique de l’espace".

Mais, à rebours de cette "utilisation pacifique de l’espace", le mystère entoure à la fois la nature de l’objet et l’objectif réel de cette mission. Selon une source du South China Morning Post, ainsi qu’un certain nombre de rumeurs, l’engin serait une réponse au X-37B, le mystérieux avion spatial de l’armée américaine développé par Boeing et qui serait capable de voler 780 jours en autonomie autour de la Terre.

Tout comme le X-37B outre-Atlantique, qualifié par l’US Air Force de "programme de test expérimental", l’appareil chinois aurait pour ambition de prouver l'efficacité des technologies spatiales réutilisables chinoises.

Interrogé par The Verge, le reporter indépendant Andrew Jones note que la Chine planche sur le sujet depuis quelques années. Il rappelle qu’en 2017, la même agence de presse affirmait qu’une entreprise spatiale chinoise travaillait sur un "astronef expérimental réutilisable".

Dans un nouveau communiqué paru ce lundi, Xinhua a d’ailleurs qualifié cet événement de "percée importante" dans la recherche sur la technologie des engins spatiaux réutilisables en Chine.

Selon le South China Morning Post à nouveau, à la veille du lancement, la copie d’un document officiel exhortant les ingénieurs et les techniciens de ne pas filmer le site de décollage, ou encore de discuter du projet en ligne, avait même fuité sur Internet.

Le pays a achevé son système de satellites Beidou en juin, considéré comme le principal rival du système de positionnement global (GPS) du gouvernement américain. En juillet, la Chine a lancé sa première mission en solo sur Mars.

Plus que jamais, l’empire du milieu semble vouloir s’acoquiner de l’espace. L’année dernière, la Chine est même devenue la première nation à faire atterrir un vaisseau spatial sur la face cachée de la Lune.


Des informations, des idées d’articles, des anecdotes ? Dites-nous tout sur hellokonbinitechno@konbini.com !

À voir aussi sur techno :