La première nation spatiale de l'humanité réclame le secours d'Elon Musk

Fondée en 2016, Asgardia veut faire son grand voyage avec SpaceX.

La vie dans l’espace, c’est pour bientôt ? En tout cas, c’est le rêve d’Igor Ashurbeyli, un milliardaire russe qui a décidé, en 2016, de fonder Asgardia, la première nation spatiale de l’humanité.

Le but d’Asgardia est de devenir la première nation indépendante vivant dans l’espace, la première société démocratique "hors du monde".

Publicité

Des centaines de milliers de personnes sont déjà inscrites pour en devenir des résidents. Pour cela, ils devront payer une taxe de résidence, qui devrait a priori coûter un peu plus d’une centaine de dollars.

Asgardia a annoncé il y a peu, avec fierté, que 150 membres avaient été choisis lors d’élections en ligne. Selon les informations de Business Insider, on y trouve par exemple, en Première ministre, une ancienne avocate vénézuélienne. Le chef de la justice, lui, est un autre avocat, venu de Hong Kong.

ad Asgardia per aspera

Mais coloniser l’espace, c’est avant tout avoir le bon matos : c’est pour cela qu’Asgardia et son fondateur ont récemment fait appel aux grands noms de la tech, à savoir Jeff Bezos et Elon Musk.

Publicité

Lembit Opik, ancien politicien britannique et maintenant à la tête du Parlement asgardien (qui aurait cru écrire ça), en a discuté il y a peu avec Business Insider.

Il affirme que les projets spatiaux des deux CEO sont les plus solides du marché : "leurs fusées sont les taxis qui pourront nous transporter où bon nous semble." Il a donc lancé un appel à Blue Origin, l’entreprise spatiale de Jeff Bezos, et Space X, celle d’Elon Musk.

Mugs et badges, la base du business spatial

Actuellement, Asgardia est une ONG enregistrée à Vienne, en Autriche. Opik a pourtant l’intention, comme le rapporte Business Insider, de faire de la marque un petit business, en vendant notamment des mugs, badges et T-shirt estampillés avec le drapeau de la future space nation

Publicité

Non sans insister sur le fait que tout reste à créer pour son "économie capitaliste totalement fonctionnelle."

Car le marché asgardien ne laissera rien au hasard : "nous avons déjà une petite liste d’entreprises qui nous fourniront des biens et des services : stylo fonctionnant dans l’espace, assurance pour les habitants de l’espace…" a-t-il expliqué. Autant dire qu’il ne manque pas d’idées pour faire foisonner sa future nation.

Et effectivement, selon la loi des Nations unies, Asgardia pourrait prétendre à en devenir une, étant donné que plus de 100 000 membres se sont inscrits pour devenir des citoyens de cette première nation spatiale.

Publicité

Si vous en avez ras le bol de la Terre et que le grand vide vous tente, n’hésitez pas à vous inscrire pour devenir le prochain colon de l’espace. En attendant, nous, on regardera le départ, prévu pour 2043, depuis notre canapé.

Par Victoria Beurnez, publié le 29/11/2019

Copié

Pour vous :