Pour la première fois, des photos dévoilent la structure inattendue du Soleil

Il s'agit des photos les plus détaillées jamais prises de notre astre.

Il a beau être accroché en permanence au-dessus de nos têtes, notre Soleil n’en finit pas de révéler ses secrets. La photo la plus détaillée jamais prise de l’astre vient d’être révélée.

Cette prouesse, nous la devons au télescope solaire Daniel K. Inouye (DKIST). Situé à Hawaii, c'est le plus grand de son espèce. La photo a été prise lors de son premier jour d’observation de la boule de feu géante.

Publicité

La photo est surprenante : on y découvre des motifs qui ressembleraient à s’y méprendre à des rayons de miel. Il s’agit en fait de "cellules" de plasma situées à la surface du Soleil, qui attirent la chaleur depuis son centre. Fait impressionnant, dont on a du mal à se rendre compte : la taille de chacune de ces cellules est équivalente à la taille de la France, voire plus.

La photo est cinq fois plus précise que celles prises par le deuxième meilleur télescope solaire au monde, a expliqué Thomas Rimmele, le directeur du DKIST.

Publicité

Voir l’infiniment grand

"Nous avons maintenant vu les plus petits détails du plus gros objet de notre système solaire, a-t-il affirmé. Ce que nous pensions être une unique structure s’avère en fait être une infinité de petites structures différentes." C’est la première fois que nous voyons ces images, et ce n’est qu’un début.

Ces clichés ont été pris le 10 décembre, jour où le télescope a été mis en service. À ce moment-là, tous les instruments scientifiques nécessaires au déroulement optimal de l’opération n’avaient pas été mis en place.

Dans les six mois à venir, le DKIST sera en capacité de mesurer les champs magnétiques de ces "cellules" de plasma. L’objectif ? Comprendre pourquoi la fragile couche du Soleil, que l’on appelle la couronne, est bien plus chaude que sa surface.

Publicité

"Les champs magnétiques de cette taille sont la clé pour comprendre ce mystère", a continué Rimmele. Le télescope aura également pour objectif d’anticiper les éruptions solaires, qui, dirigées vers la Terre, peuvent avoir un impact dangereux pour les satellites et les équipements électriques.

Par Victoria Beurnez, publié le 30/01/2020

Pour vous :