L'application de signalement d'agressions HandsAway est temporairement suspendue

Des trolls ont bombardé l’appli avec des messages à caractère sexiste.

L’application HandsAway, créée en 2016 et gratuite sur mobile, a pour but de permettre aux femmes et aux hommes de signaler des agressions ou des potentielles agressions. Il suffit de se signaler sur une petite carte, que cela soit en tant que victime ou en tant que témoin.

Cela permet ensuite d’échanger avec des "street angels" qui se trouvent à proximité et, pour les victimes, de trouver du soutien auprès d’une communauté de plus en plus grande. Il est également possible d'émettre un signalement sur un potentiel agresseur.

Publicité

Plus de 100 000 utilisateurs

Depuis sa création, l’application affirme sur Twitter avoir fédéré plus de 100 000 utilisateurs, femmes et hommes, et permis le signalement d’une cinquantaine d’agressions par mois. HandsAway a donc du succès et permet probablement d’éviter de nombreuses agressions.

Mais c’était sans compter sur les joies d'Internet : depuis quelque temps, de nombreux faux signalements envahissent la plateforme, sous la forme de messages à caractère sexiste ou sexuel. "Pendant le week-end, nous avons eu un pic de téléchargements inattendu", nous raconte Alma Guirao, présidente de l'association.

Publicité

Alors qu'elle explique n'avoir eu que très peu de comportements malveillants au cours des quatre dernières années depuis la naissance de l'application, elle fait part d'un "déferlement de personnes malveillantes au cours du week-end", un événement apparemment sans précédent pour l'association, qui soupçonne "un appel au raid".

L’équipe s’est exprimée sur les réseaux sociaux, expliquant avoir dû fermer temporairement l'application pour en garantir les fondements :

Publicité

"Chère communauté, nous nous devions de prendre la parole suite aux événements de ce week-end. La bonne nouvelle est non seulement que la communauté de HandsAway compte aujourd’hui plus de 100 000 personnes, mais également que des femmes et des hommes ont pris la parole afin de communiquer sur HandsAway pour continuer la lutte contre le harcèlement de rue. La TRÈS mauvaise nouvelle est que HandsAway a été victime de nombreux abus avec de fausses alertes et des propos à caractère sexiste ou sexuel !

Nous avons donc pris la décision de couper l’application TEMPORAIREMENT afin de garantir les fondements de l’association : la lutte contre les agressions sexistes et sexuelles. Nous sommes empli·e·s de tristesse car de nombreuses femmes qui ont témoigné pour dénoncer afin de libérer leur parole de victimes ont été mises sous silence à cause de tous ces ABUS. Nous le condamnons et le regrettons sincèrement.

Sachez que nous allons contacter des associations spécialisées en cyberharcèlement afin de dénoncer cet acharnement. Pour rappel, 73 % de femmes ont déclaré avoir été victimes de violences en ligne, selon un rapport de l’ONU. L’application sera de nouveau disponible prochainement après avoir fait le ménage dans les nouveaux utilisateurs."

Malheureusement, comme le précise l’équipe, la tâche déjà compliquée de prendre la parole est d’autant plus freinée par la surabondance de ces messages, totalement contradictoires avec l’essence même de l’application.

HandsAway rappelle également être une association aux moyens financiers et humains limités, fonctionnant principalement grâce aux dons. Une campagne de crowdfunding avait été organisée pour recenser, sur la carte de l’application, tous les lieux d’aide et d’accompagnement aux victimes de violences sexistes et sexuelles.

Publicité

Quand l’appli rouvrira-t-elle ? Alma Guirao espère pouvoir relancer HandsAway dans les prochains jours, malgré des moyens limités. En tout cas, la président confie s'être "rapprochée d'une association contre le cyberharcèlement, afin de porter plainte pour que cela ne reste pas sans suite".

Par Victoria Beurnez, publié le 08/06/2020