Akili Interactive

Le premier "jeu-médicament" vient d'être autorisé aux États-Unis

Il s'agit d'un traitement pour les enfants atteints de troubles de l'attention.

La décision fera date : le premier jeu vidéo-médicament vient d’être accepté aux États-Unis. Développé par Akili Interactive, EndeavourRX est le premier jeu à pouvoir être commercialisé et prescrit comme un traitement, puisqu’il vient d’être accepté par la Food and Drug Administration américaine.

Le public cible ? Les enfants entre 8 et 12 ans, atteints de TDAH, c’est-à-dire de troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité. Cette pathologie peut causer des troubles de l’attention, de la concentration ou encore des symptômes d’hyperactivité ou d’impulsivité.

Publicité

EndeavourRX, qui était auparavant connu sous le nom Project EVO, est un jeu mobile, disponible sur iPhone et iPad. Le jeu consiste en une sorte de course d’obstacles assez basique, où il s’agit également de récupérer de petites cibles. Il a fait l’objet de tests cliniques pendant sept ans, sur plus de 600 enfants atteints de ce trouble.

Des résultats visibles, mais contestables

Selon l’une de ces études, le jeu marquerait une réelle différence chez les enfants. Il a été remarqué qu’après 25 minutes de pratique, un tiers des enfants ne "présentait plus un déficit de l’attention notable". Les effets positifs pouvaient être constatés jusqu’à un mois après une période de 30 jours de traitement, avec des effets secondaires tels que des maux de tête ou parfois, de la frustration.

Petit problème, cependant : ladite étude aurait été réalisée par des médecins… œuvrant pour les développeurs du jeu, qui auraient par ailleurs déclaré les résultats encore insuffisants pour recommander le jeu comme une alternative totale aux traitements prescrits contre les TDAH.

Publicité

Cela étant, il reste tout de même le premier jeu-médicament à avoir été validé officiellement par l’administration américaine en tant que tel, ce qui n’est pas négligeable pour l’avenir, à la fois du jeu vidéo, mais aussi de la médecine.

Par Victoria Beurnez, publié le 16/06/2020