Wikimedia Commons

Les meilleurs sites pour sortir de chez soi en restant affalé comme une larve

Oui, nous sommes confinés. Non, il n'y a pas que Google Earth et les fenêtres des voisins pour s'échapper de l'appartement.

Confinement, confiture, confit de canard, connard : tous les mots commençant par "con" tournent dans ma tête depuis deux semaines, à la manière du héros de Midnight Express dans sa prison de dingues en Turquie.

Publicité

Alors pour échapper à ces quatre murs un brin angoissant, quoi de mieux que de se tourner vers les fenêtres que ce bon vieux Windows nous ouvre sur le monde ? On a fait une courte sélection des sites et applis pour aller gambader dans les prairies, sans sortir de son plumard.

Petite promenade virtuelle dans les parcs nationaux des États-Unis

Si vous êtes coincés dans un appartement en ville, la promenade virtuelle idéale est à faire sur le site de Google Arts & Culture. Il est possible d’aller y découvrir cinq parcs nationaux américains : celui de Kenai Fjords en Alaska, celui des volcans d’Hawaï, celui des grottes de Carlsbad au Nouveau-Mexique, celui de Bryce Canyon dans l’Utah et celui de Dry Tortuga en Floride.

Ces sites font partie des plus beaux du patrimoine naturel américain et il serait dommage de passer à côté. D’autant plus que, si vous parlez anglais, vous pouvez profiter des commentaires de véritables guides. Notons au passage que le parc de Yosemite a son propre site, sur lequel il est aussi possible de faire un tour virtuel.

Publicité

Une maison hantée de 160 chambres à visiter

Le confinement n’est pas assez anxiogène ? Vous en redemandez ? Très bien, très bien. La Winchester Mystery House, maison hantée située à San José, en Californie, propose la visite virtuelle de ses 160 chambres en 40 minutes.

Cette maison a été construite par Sarah Winchester, veuve du magnat de l’armement William Wirt Winchester, en 1884. La bâtisse avait été conçue sur les suggestions d’une voyante pour que les esprits de toutes les personnes tuées par une carabine Winchester puissent s’y reposer. Il est dit que Sarah communiquait avec elles, confinée dans son manoir.

Publicité

Une plongée au-delà du système solaire

Le site Exoplanet Travel Bureau, créé par la Nasa, permet d’aller se faire une petite promenade au-delà des limites de notre système solaire, dans des lieux où l’humain n’a jamais mis les pieds. La Nasa, aux côtés d’artistes, a rendu vivantes ces exoplanètes et propose de les découvrir en se promenant sur son site. Visualisation interactive, à 360 degrés : le site nous offre une plongée assez sympathique dans les méandres de l’univers.

Un tour du monde des cerisiers en fleur

On triche un peu : ce tour virtuel des sakura, comme on dit au Japon, est disponible sur Google Earth. En réalité, ce n’est pas Google Earth, mais un programme particulier qui permet d’arpenter le monde, à la recherche des plus beaux sites où les cerisiers se réveillent et dévoilent leurs jolies fleurs au printemps. Ceux-ci sont sélectionnés par des guides locaux et nous, on se laisse transporter paisiblement, de l’Asie au Brésil.

Publicité

Le château de Dracula en Roumanie

Le château de Bran, dans la région de Transylvanie, en Roumanie, fut le lieu de résidence du plus célèbre des vampires, le comte Dracula – enfin, dans la légende populaire. C’est en réalité l’un des sites historiques les plus imposants du pays, dont l’histoire ne cesse de voyager entre mythes et légendes depuis le XIVe siècle. Visite virtuelle en vidéo, galerie photo et documents historiques devraient occuper les amateurs d’histoire un bon moment.

Bonus : le musée des toilettes en Inde

Il existe des musées pour tout. Dans la capitale indienne, New Delhi, un homme a créé un musée des toilettes et il est possible d’en faire un tour virtuellement – bien que celui-ci ne soit pas fou, reconnaissons-le. On peut simplement se promener dans les quelques pièces du musée, sans vraiment lire ou interagir avec quoi que ce soit de pertinent. Le site dévoile toutefois quelques précieuses informations concernant l’histoire des sanitaires. On apprécie la démarche.

Par Benjamin Bruel, publié le 25/03/2020