Lime va faire raquer ceux qui se garent à l'arrache

Cheh.

Parisiens, Parisiennes, le temps où vous gariez les trottinettes électroniques Lime à peu près n’importe où dans la rue est terminé. En cas de stationnement sur un emplacement non autorisé, comme au milieu du trottoir, l’entreprise californienne annonce au Parisien que les utilisateurs devront désormais payer eux-mêmes les frais de fourrière. Aouch.

Alors que la licorne de la micromobilité (oui) annonce une perte d’exploitation dépassant les 300 millions de dollars sur l’année 2019, les patrons de Lime ont décidé de "responsabiliser davantage les utilisateurs" et les "inciter de manière contraignante à adapter les bonnes conduites en matière de stationnement".

Publicité

Jusqu’à aujourd’hui, quand une trottinette était mise en fourrière à Paris, Lime prenait en charge le règlement de l’amende et ne répercutait pas le prix sur ses utilisateurs. Désormais, le dernier utilisateur à avoir pris l’engin réglera la contravention et Lime vérifiera le positionnement du véhicule grâce à la photo prise à la fin du trajet et au numéro de la trottinette. Il sera par ailleurs "impossible" de sortir des zones autorisées de la capitale.

La contravention d’une trottinette gênant le passage sur la voie publique s’élève à 35 euros à Paris, auxquels s’ajoutent 49 euros en cas de mise en fourrière. Un total de 84 euros, où l’on peut ajouter dix euros à chaque jour passé à la fourrière. Lime arrondira cette somme en faisant payer 59 euros aux utilisateurs laissant les trottinettes n’importe où.

Un service exclusivement dédié au traitement des amendes va être mis en place. Selon les calculs du Parisien, Lime s’est acquitté d’au moins 400 000 euros de frais de fourrière en à peine un an, uniquement à Paris.

Publicité

Par Benjamin Bruel, publié le 22/10/2019

Copié

Pour vous :