On a parlé bitcoin, bouddhisme zen et journalisme d’investigation avec Jake Adelstein

Rencontre avec le journaliste Jake Adelstein qui a enquêté sur le plus gros piratage de l'histoire du bitcoin.

Le journaliste Jake Adelstein © Konbini

En février 2014, le plus gros drama de toute l’histoire du bitcoin éclate : Mt. Gox, la plus grande plateforme de bitcoins au monde, se fait pirater et annonce la disparition de 850 000 bitcoins. À l’époque, cela correspondait à environ 500 millions de dollars. Son fondateur, PDG et directeur technique était un français, Mark Karpelès. À trois reprises, la justice japonaise l’envoie croupir derrière les barreaux. Il est d’abord accusé d’avoir lui-même dérobé le magot puis d’autres chefs d’inculpation. Aujourd’hui, Mark Karpelès est en liberté. La justice japonaise rendra son jugement le 15 mars prochain.

Publicité

L’histoire a passionné Jake Adelstein, journaliste américain résidant à Tokyo qui s’est fait connaître à l’international en s’immisçant dans les milieux yakuzas. Ce journaliste atypique, prêtre bouddhiste tendance zen, écrivant à la première personne et qui n’hésite pas à intervenir sur le déroulement des enquêtes, publie aujourd’hui, en collaboration avec Nathalie Stucky, "J’ai vendu mon âme en bitcoins", aux éditions Marchialy. Nous l’avons rencontré, pour parler des bitcoins, de Kareplès et de sa conception du journalisme.

L’interview a été réalisée en anglais, puis traduite et éditée pour faciliter la lecture.

Konbini | Dans vos deux premiers livres, vous avez raconté vos pérégrinations dans les milieux yakuzas. Aujourd’hui, vous nous parlez de bitcoins et de nerds. Comment passe-t-on de l’un à l’autre ?

Publicité

Jake Adelstein | J’écris pour beaucoup de publications, principalement pour le Daily Beast, qui marche très bien, avec, je crois, environ 40 millions de lecteurs par mois. C’est un peu comme Vice, mais sans l’hypocrisie. En 2014, quand Mt. Gox s’est effondré, j’ai écrit à mes rédacteurs en chef du Daily Beast pour leur dire qu’il se passait un truc énorme, un truc qu’il fallait absolument couvrir.

Mes rédacteurs n’en mesuraient pas l’importance et m’ont répondu : "C’est quoi le bitcoin ? C’est quoi les cryptomonnaies ?" Je leur ai dit que dans le cas présent, avec Mt. Gox, c’était un demi-milliard de dollars qui partaient en fumée. Ça ne concernait pas que les Japonais mais aussi les Américains. J’ai obtenu le feu vert.

Je suis donc allé à un meetup autour du bitcoin pour comprendre de quoi il s’agissait. Là-bas, j’ai eu de la chance, quelqu’un m’a introduit à quelqu’un qui bossait pour Mt. Gox et qui essayait de sauver l’entreprise. J’ai rédigé mon article et j’ai pensé que ça s’arrêterait là.

Publicité

"Comme beaucoup de gens, je pensais au départ que Mark Karpelès avait volé les bitcoins".

Mais peu de temps après, le journal Newsweek a sorti un article prétendant révéler l’identité du mystérieux fondateur du bitcoin, Satoshi Nakamoto. Or Newsweek s’était planté. J’ai donc écrit sur Nakamoto. À partir de là, mes rédacteurs en chef m’ont attribué les sujets liés aux cryptomonnaies car leurs journalistes techs ne comprenaient rien à la blockchain. Plus j’ai écrit dessus, et plus ça m’a intéressé.

Comme beaucoup de gens, je pensais au départ que Mark Karpelès avait volé les bitcoins.

Je suis un reporter d’investigation. J’ai beaucoup étudié les yakuzas et le crime organisé. Ensuite j’ai assisté à Fukushima en 2011. J’ai compris que le Japon avait des démons autrement plus importants que les yakuzas. Le Parti démocrate du Japon qui dirigeait le pays était affreux et corrompu. J’ai donc commencé à enquêter sur d’autres affaires dont Mt. Gox.

Publicité

L’univers du bitcoin n’est-il pas mille fois moins excitant que celui des yakuzas ? Une grosse partie de votre enquête s’est faite par e-mail, en passant des coups de fil, en faisant des recherches sur Internet, tout ça sur une monnaie décentralisée, impalpable.

Hum… Non, je ne dirais pas que c’était moins excitant. Dans la langue anglaise, il y a ce que l’on appelle l’"humint", une contraction des mots "human" et "intelligence". Oui, il y a Google, mais il faut aussi parler à des gens. Et ces gens-là, comme "Bitcoin Jésus" ou ceux qui étaient au meetup, ce sont des gens fascinants. Certains d’entre eux, très en colère, voulaient aussi tuer Karpelès. Je ne l’ai pas écrit dans le livre, mais un jour, un Anglais est venu me voir dans un bar et m’a menacé, il voulait savoir où était Karpelès.

Le fait qu’un Russe soit impliqué dans l’histoire donnait aussi une tonalité géopolitique. Sans parler de l’implication des autorités américaines…

"Un Anglais est venu me voir dans un bar et m’a menacé, il voulait savoir où était Karpelès."

Après cette longue enquête, vous avez enfin compris ce qu’étaient un bitcoin et la blockchain ?

Je comprends les fondamentaux mais je ne suis pas un développeur. Contrairement à Marc Karpelès, je ne peux donc pas apprécier, par exemple, la beauté d’un code. Je vais faire une analogie : au quotidien, j’utilise un Mac. Je sais m’en servir mais je ne sais pas comment tourne la machinerie à l’intérieur. C’est un peu pareil avec la blockchain : je comprends la structure principale ainsi que les motivations des gens qui "minent" parce qu’ils gagnent de l’argent.

Si vous saviez coder, est-ce que ça aurait facilité votre enquête ?

Oui, parfois, peut-être.

Si vous aviez le temps, vous apprendriez à coder ?

Oui, apprendre à coder, apprendre un nouveau langage. J’ai souvent pensé prendre des cours. Je m’y connais un peu en HTML, mais ça ne sert quasiment plus à rien parce qu’il y a plein de logiciels qui peuvent faire le boulot maintenant.

On va maintenant se recentrer sur Karpelès. En tout, combien de temps avez-vous passé avec lui ?

Nous sommes deux à avoir mené l’enquête, Nathalie Stucky et moi. Je dirais que Nathalie a passé en tout 200 heures avec lui (et/ou son avocat), et moi une centaine d’heures. On l’a fait un peu à la "good cop/bad cop". J’ai dit à Nathalie : "Tu parles français, japonais, tu es attirante, tu es fascinée par le bitcoin, c’est toi qui vas y aller en premier."

"Quel meilleur endroit que la prison pour pratiquer le zen ?"

Je suis ensuite allé le voir, aussi quand il était détenu. Je lui ai amené des mangas écrits en japonais [ndla : les prisonniers n’ont pas le droit de lire des livres dans une langue autre que le japonais] et un livre sur le bouddhisme zen, car quel meilleur endroit que la prison pour pratiquer le zen ? J’ai également essayé de lui enseigner la méditation.

D’après vos descriptions, Karpelès porte des T-shirts, mange des pizzas, boit du Coca, passe des heures à coder et, socialement, il est très awkward. Est-il l’archétype du nerd ?

Oui, on est en bonne partie dans le cliché. Et je dirais même que c’est étrange de communiquer au départ avec lui. Il a un côté Asperger, bien qu’il ne le soit pas. Quand on parle avec lui, il y a comme une latence, comme quand on passait des appels internationaux avant, une époque que vous n’avez probablement pas connue, et qu’il y avait un délai de réception [ndla : l’auteur de cet article a 32 ans, il a brièvement connu cette époque].

Ceci dit, par moments, Karpelès peut être très éloquent et enthousiaste. C’est quelqu’un d’autre quand il vous cuisine des tartes ! Il est cultivé. Il lit des trucs que vous ne l’imagineriez pas lire.

Vous diriez que vous êtes amis ?

Oui, on l’est.

Que fait-il maintenant ?

Il travaille comme directeur technique pour une entreprise londonienne, London Trust Media, qui édite des logiciels. Actuellement, il bosse sur une appli pour faire du livestream d’Arts Martiaux Mixtes.

Si on devait confier un biopic sur Karpelès à un réalisateur, qui serait le plus à même de le faire ?

Hum… Je dirais Spike Lee. Il serait complètement capable d’apprécier tout l’absurde autour de la vie de Mark, le système de la justice japonaise et ce que ça fait d’être un outsider. Même si Mark n’est pas Noir.

Qui pourrait se charger du biopic ?

Aujourd’hui, vous pensez que Mark est innocent ?

Je pense qu’il est innocent vis-à-vis charges menées contre lui.

Il faut comprendre le contexte : le Japon voulait devenir le centre des cryptomonnaies. L’effondrement de Mt. Gox, il fallait le sanctionner pour que les gens gardent confiance dans le Japon. Les charges qui pèsent contre lui, désormais, n’ont plus rien à voir avec le vol de bitcoins. Elles sont toutes très techniques. Et même pour ces charges-là, je pense qu’il reste innocent. On l’accuse par exemple d’avoir transféré des fonds de manière illégale. C’est vrai qu’il n’a peut-être pas suivi la bonne procédure. Mais d’habitude, on ne poursuit pas les gens en justice pour ça. Donc oui, je pense qu’il est innocent.

La justice japonaise, parlons-en.

"Si les charges sont maintenues et qu’on envoie ça devant les procureurs, le taux d’inculpation est de 99 %."

Au cours de ma carrière, j’ai essayé de faire prendre conscience aux gens de l’arbitraire de la justice japonaise. Il m’a fallu cinq ans pour comprendre ça.

Cela marche comme ça : 50 % des arrestations présentées devant les procureurs sont abandonnées, après 26 jours de prison. Car quand les procureurs sentent qu’ils ont une chance de perdre, ils préfèrent relâcher des personnes potentiellement criminelles.

Si les charges sont maintenues et qu’on envoie ça devant les procureurs, le taux d’inculpation est de 99 %.

La population et les journalistes en sont-ils conscients ?

Tout le monde sait. Il y a même un mot japonais pour ça,"enzai" : quelqu’un qui est forcé à faire une confession pour un crime qu’il n’a pas commis et se retrouve ensuite condamné.

Les journalistes japonais en parlent. Mais en même temps, il y a une relation très proche entre la police et les procureurs. Et beaucoup de journalistes dépendent de leur relation de proximité avec la police et ces procureurs pour avoir des scoops. Quand vous les critiquez, vous limitez vos chances d’avoir des scoops.

En 2010, le Japon était en 12e place de liberté de la presse d’après le classement de Reporters Sans Frontières. Aujourd’hui, il est en 67e position.

Vous êtes prêtre bouddhiste, tendance zen. En quoi ceci influe-t-il sur votre pratique du journalisme ?

"Je n’ai pas le droit non plus de critiquer les gens. C’est pourtant ce que font les journalistes tout le temps."

En tant que prêtre bouddhiste zen, il faut respecter les 10 grands préceptes.

Parmi ceux-ci, il est interdit de mentir et d’induire les gens en erreur. Cela veut dire que je n’ai plus le droit de bluffer. Je suis très direct quand je pose des questions et je ne prétends pas savoir ce que je ne sais pas.

Je n’ai pas le droit non plus de critiquer les gens. C’est pourtant ce que font les journalistes tout le temps.

Enfin, j’essaie de ne jamais être en colère. Pour toutes ces raisons, je trouve ça difficile d’être à la fois prêtre bouddhiste et journaliste d’investigation.

Vous en connaissez d’autres, des comme vous ?

Non, mais j’ai connu un prêtre bouddhiste qui était aussi un chef de clan yakuza. Mais il a graduellement transformé son entreprise en business légal, arrêtant de commercialiser des drogues. Malheureusement, pendant sa transition, il est mystérieusement tombé du 5e étage d’un bâtiment donc je ne suis pas si sûr que l’organisation pour laquelle il travaillait était très contente qu’il soit devenu un "bon" Yakuza.

Vous diriez que vous avez davantage de compassion pour vos interlocuteurs que d’autres ?

Je dois sans cesse choisir les sujets sur lesquels je vais écrire. Il y a tout le temps des opportunités pour écrire des histoires bien juteuses sur des célébrités ou des politiques, avec leur lot de gossips et de rumeurs. C’est tentant d’écrire sur ces histoires. Mais est-ce que le public a le droit de savoir ? Cela ne fait-il pas plus de mal que de bien ?

Le prochain livre d’investigation sur les cryptomonnaies qu’on ou que vous pourriez écrire, ce serait quoi ?

On pourrait écrire un livre entier sur Satoshi Nakamoto, le mystérieux fondateur du bitcoin. Cela n’a pas encore été fait. Ou sinon un livre sur les créateurs des autres cryptomonnaies. Même les moins connues, comme le MonaCoin, une cryptomonnaie crée au Japon par M. Watanabe, dont personne ne connaît l’identité. Ou encore le Vice Industry Token, qui vous récompense si vous postez ou téléchargez de la pornographie. Qu’est-ce que les fondateurs ont fait de leur argent ? Comment ont-ils eu l’idée ? Oui, ça serait fascinant.

Dans vos enquêtes, vous écrivez à la première personne, vous vous mettez en scène, vous vous racontez, c’est une forme de "gonzo" journalisme. Est-ce que vous pensez que c’est ça, l’avenir du journalisme ?

"En tout cas, me concernant, j’ai aussi arrêté de faire un journalisme strictement observateur. Je suis aussi participant."

Pour moi, ce que je fais, ce n’est pas vraiment du gonzo, je préfère parler de "non-fiction narrative".

Il y a maintenant une énorme compétition pour capter l’attention des lecteurs. Ce gonzo journalisme, si vous voulez, est une des manières d’obtenir l’attention du lecteur, c’est une manière de faire de l’investigation que les lecteurs normalement ne liraient pas. Oui, je pense que ça a de la valeur. Il y a tellement de gens, tellement d’informations, il faut se rendre lisible. Et intéressant.

Le futur du journalisme, c’est aussi dans des initiatives comme ProPublica, une ONG qui vit de donations, qui finance des bonnes investigations, et les distribue ensuite à d’autres endroits, c’est un bon business model.

En tout cas, me concernant, j’ai aussi arrêté de faire un journalisme strictement observateur. Je suis aussi participant. Pendant l’enquête sur Mt. Gox, j’ai transmis bases de données de l’entreprise aux autorités américaines. Je ne sais pas si ce que je fais est éthique, d’un point de vue journalistique. Mais en tant qu’être humain, tu as envie que la justice soit rendue et personne d’autre ne le fera. Ce n’est pas parce qu’on est journaliste qu’on n’est plus un être humain.

Par Pierre Schneidermann, publié le 08/03/2019

Copié

Pour vous :